BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Ecole de formation Métiers d'Art IMAPEC Volvic

Sauver de la fermeture ce lieu vivant de patrimoine et de transmission

About the project

Patrimoine en péril : appel lancé pour sauver l’école

L’IMAPEC (Institut des Métiers d’Art de la Pierre et de la Construction), ancienne EDAV (Ecole Départementale d’Architecture), de VOLVIC (63530), propose des formations professionnelles continues qualifiantes, ainsi que des cours et sessions d’initiation aux métiers de Tailleur de pierre, Graveur sur pierre, Sculpteur sur pierre et Emailleur sur Lave (reconnus en tant que métiers d’art par arrêté du 24 décembre 2015).

L’IMAPEC reste à ce jour le seul et unique centre de formation professionnelle certifié des Emailleurs sur Lave, en France, délivrant, au terme d’une formation d’environ 1400 heures,le Titre Professionnel d’Emailleur sur lave, de niveau IV, inscrit au RNCP et reconnu par l’Etat. L’école peut être fière de former à l’excellence de futurs professionnels dans ce domaine : 100% de réussite aux examens depuis 3 ans et plusieurs mentions « très bien » attribuées.

Réalisations de travaux d’examens à la certification Emaillage sur Lave 2017 et 2018

Depuis 9 ans, la gestion de l’école a été reprise par l’association TRACES DE PIERRE, constituée de bénévoles, soucieux de voir se poursuivre l’œuvre de formation professionnelle proposée dans le domaine des métiers d’art par cet organisme (l’un des plus ancien centre de formation encore en activité pour les métiers de la taille, la gravure et l’émaillage sur lave).

Le bureau de l’association est aujourd’hui constitué de

Jean MIALIER, Président

Gilles ANZUR, Vice-Président

Jean-Pierre NAUD, Secrétaire

Claire AGBESSI, Secrétaire Adjointe

Elodie PIROT, Trésorière

Nicolas CLAYETTE, Trésorier Adjoint

(de gauche à droite :

Gilles ANZUR, Jean-Pierre NAUD, Nicolas CLAYETTE, Jean MIALIER, Sarah MATOS,

Nicole LAURENT, Laurence CASTANIÉ, Pierre CASTANIÉ, Mohand HAMOUMOU)

Malgré toute l’énergie, la bonne volonté et une gestion « en bon père de famille » (auvergnat de surcroît) garanties par les membres actifs de l’association, l’école se trouve confrontée à plusieurs difficultés, qui mettent en péril la poursuite à court terme de ses activités :

  • le manque de trésorerie et le versement différé du financement  des formations actuellement assurées (solde perçu 6 mois après la fin des formations)
  • la réforme des certifications (suppression du CAP de graveur sur pierre)
  • la réforme de la formation professionnelle qui n’a pas encore donné lieu à l’établissement clair de nouvelles mesures  mettant en suspens  les demandes des candidats potentiels
  • la réduction des financements de formation professionnelle (fusion de la région Auvergne et Rhône-Alpes qui implique désormais une gestion décentralisée à Lyon des demandes) et d’une manière plus globale, la réduction drastique de toutes les subventions publiques nationales ; la suppression du Congé Individuel de Formation (CIF) qui nous permettait de former des salariés en reconversion professionnelle
  • la nécessité de remplacer le matériel vétuste, voire défectueux, et de doter l’école des outils, matériels, logiciels… (pour exemple : le four de cuisson d’émaillage est hors-service et fait l’objet d’une demande de subvention spécifique auprès de la Mairie de VOLVIC, qui étudie actuellement la possibilité d’inscrire des crédits spécifiques sur son budget 2019 ; le coût de ce dernier est estimé à 12 000 €)
  • la nécessité d’engager un plan de communication avec des outils adaptés et efficaces (site internet, plaquettes, et moyens de diffusion)

L’IMAPEC dispose d’un poste salarié permanent de Secrétaire/Assistante de Formation (à temps non complet) et de plusieurs postes salariés d’enseignants . Mais ces postes sont en sursis, faute d’une trésorerie suffisante pour « attendre » le règlement des sessions achevées ou l’engagement des organismes de financement de formation professionnelle dans le nouveau contexte de la réforme.

Un patrimoine qui ne doit pas disparaître

A l’aube du 200ème anniversaire de son existence (l’école a été créée en 1820 par Gilbert J.G. CHABROL de VOLVIC), l’école aura permis à quelques milliers de personnesde s’initier ou se former aux métiers de la pierre, sans jamais accuser d’année de fermeture. La plupart d’entre eux sont aujourd’hui des professionnels, artisans des Métiers d’Art, installés sur l’ensemble du territoire national, ou gravitent autour des métiers de la restauration, de la décoration, du funéraire….

(atelier de modelage – IMAPEC)

L’école a été le lieu de passage et d’apprentissage de la plupart des tailleurs et graveurs qui ont réalisé et constitué le patrimoine régional en pierre de Volvic(monuments, fontaines, éléments d’architecture…).

Le savoir-faire transmis depuis deux siècles est menacé d’extinction faute de soutiens et de moyens, alors même que les besoins en professionnels qualifiés ne cessent de croître.

L’école n’est pas qu’un patrimoine, c’est aussi une institution d’avenir pour le renouveau des Métiers d’Art.

Toutefois, pour dispenser une formation à la pointe de la technologie et favoriser l’innovation et la créativité des futurs professionnels, l’école a besoin d’investir dans un équipement adapté, du matériel et des outillages performants. De nouvelles technologies permettent aujourd’hui de travailler la pierre mais celles-ci nécessitent un investissement lourd que ne peut pas se permettre l’association.

(stand « Pierre de Volvic » avec présence importante de l’IMAPEC au Salon ROCALIA à LYON – Décembre 2017)

Quand l’engagement citoyen vient au secours d’un intérêt collectif

Les fonds publics se raréfient et dans ce contexte de restriction budgétaire, les petits établissements culturels, bien que porteurs de valeurs et savoir-faire essentiels, se trouvent les premiers sur la liste des laissés-pour-compte….

Seule la mairie de VOLVIC, par la mise à disposition des locaux et fluides, une subvention annuelle de 5 000 € et un suivi permanent des actions, concourt financièrement et moralement au fonctionnement continu de la structure. Quoique ces efforts soient loués par l’association, ils restent toutefois très insuffisants pour permettre à l’école de fonctionner, une année durant.

Parce que  les pouvoirs publics, notamment à l’échelle régionale et nationale, ne font pas de la préservation de cette école – et plus généralement du soutien aux Métiers d’Art - une priorité,

Parce que  les membres actifs de l’association TRACES DE PIERRE ne peuvent se résoudre à voir disparaître la richesse humaine, patrimoniale et le savoir-faire transmis dans les murs de cette école depuis bientôt deux siècles,

Parce que  chaque contribution, aussi modeste soit-elle, peut permettre d’impulser le souffle et les moyens nécessaires à la préservation de ce lieu de mémoire et de transmission,

le bureau de l’association a décidé de lancer une campagne de financement participatif.

D’avance   MERCI   de votre soutien et de votre engagement en faveur des métiers d’art.

 

 

What are the funds for?

A court terme, faire face à l'urgence de trésorerie, au maintien des emplois (administratif et pédagogiques) et aux réparations des matériels défectueux (four de cuisson émaillage, matériel de gravure et taille). (environ 20 000 €)

A moyen terme, remplacer le matériel informatique (poste administratif) et développer un plan de communication efficient (plaquettes et supports web). (environ 15 000 €)

A long terme, équiper l'établissement de matériel récent et performant (notamment logiciels de dessin assisté, matériel de taille assisté...). (environ 20 000 €)

About the project owner

La gestion de l'établissement est aujourd'hui portée par des bénévoles de l'association TRACES DE PIERRE, qui ne peuvent se résoudre à fermer l'établissement, chargé d'Histoire et porteur d'avenir pour les Métiers d'Art.

http://imapec.canalblog.com/

Share Follow us