BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Three Girls

Trois filles

About the project

"Nous étions partis réaliser un film sur un couple en fuite touché par le drame. Mais le drame a été plus rapide que nous. Alors aujourd'hui, il ne nous reste qu'à le filmer."

Nous souhaitons réaliser un court-métrage/pilote avec la collaboration de Kafard Films.

Fiche technique:

Titre: Three Girls

Durée: Environ 25 minutes

Genre: Drame

Nationalité: Français

Synopsis:

   Vincent est un étudiant parisien, photographe à ses heures perdues. Il fréquente la fac, où il y rencontre Waris, qui accepte de poser pour lui. Deux mois plus tard, Vincent et Waris forment un couple et décident ensemble de fuir leur quotidien qu'ils trouvent étouffant. Mais quelques semaines après être parvenus "ailleurs", Waris s'effondre, atteinte d'une grave maladie. Rapatriée, dans le coma, Vincent décide de la suivre. Mais à son retour, plus rien n'est comme avant. Le coma de Waris va précipiter la descente aux enfers du jeune homme, jusqu'à, petit à petit, le défaire de toute réalité.


Note d'intention:

    Je n'avais jamais véritablement compris ce que certaines personnes trouvaient aux films les plus mauvais sous prétexte qu'ils étaient soit disant "inspirés d'une histoire vraie". On ne fait pourtant rien sans rien.
    Quoi qu'il en soit, cette histoire est belle et bien inspirée de faits réels, de notre histoire, Lou et moi.
Comme dans le film, je suis tombé amoureux d'elle. Comme dans le film, nous sommes partis ensemble. Comme dans le film, elle est tombée malade, et nous sommes rentrés. Elle s'est battue pour en sortir. J'ai voulu réaliser ce film afin de savoir s'ils s'en sortiraient mieux que nous.
Nous avions prévu d'y rester un an, et nous n'avions aucun plan b. En rentrant à Paris, j'avais de longs mois devant moi pour réfléchir à ce que je pourrais faire. En faire un film s'est alors imposé comme une évidence.
    Nous ne sommes pas les personnages de l'histoire. À chacun sa merde, j'ai envie de dire. Ils vivent une tragédie similaire que je n'ai pas eue à inventer. J'ai su l'écrire car j'ai dû y faire face. Je filmerai comme j'ai pu voir. Rien de moins. Pour le reste, ces personnages évolueront à leur manière, plus ou moins courageusement, plus ou moins dramatiquement. Je les laisse à leur destin.

Damien Jélaine

Equipe :

Réalisateur :    Damien Jelaine    



    Originaire de la Guadeloupe, Damien Jélaine s'intéresse très tôt à l'art cinématographique. Après avoir terminé sa première année de licence d'Esthétique du Cinéma à l'Université Paris I, il réalise en Guadeloupe son premier long-métrage, "Karukera Fever" projeté durant le festival du FEMI en février 2012. En 2011 il rencontre Lou Rech, pour qui il réalise son second long-métrage, "Public Bitches" projeté au Ciné-13 Théâtre en juin 2013.

Chef opérateur :     Paul Anthony Mille   

    Après des années d'expérience formatrice aux côtés de divers opérateurs de renom aux Etats-Unis, Paul-Anthony Mille retourne en France pour continuer sa carrière de chef opérateur. Il possède la double nationalité Française et Américaine et est fort d'une expérience internationale qu'il l'amène à travailler aussi bien en France qu'en Amérique, mais également en Afrique et en Asie. Il travaille aussi bien en HD et D-cinéma ainsi qu'en 16 ou 35mm. Il travaille également en 3D relief, et couple depuis peu son métier de chef-opérateur avec celui de stéréographe sur divers long-métrages et documentaires pour le cinéma. Paul-Anthony a aussi une formation d'opérateur steadicam et maîtrise aussi la prise de vue aérienne. Et finalement, il est également gérant de la société de production Kafard Films.

http://www.cinelite.fr/directeurs-de-la-photo/paul-anthony-mille

Co-scénariste: Lou Rech

    C'est à l'âge de 9 ans que Lou a son premier contact avec le cinéma. En 2001 elle obtient le rôle de Swing dans le film éponyme de Tony Gatlif. Après avoir obtenu sa licence d'Esthétique du Cinéma à l'Université Paris I elle participe à la réalisation du film "Public Bitches" de Damien Jélaine dans lequel elle tient également le premier rôle.

Premier assistant:   Simon Hirsch

Chef électro : Paul Texier

Assistant camera 1 : Elodie

Assistant caméra 2 : Charlotte Fox

Chef déco :       Lou-Lilâ Masson-Lacroix  

Régisseuse :       Clara Soulas          

Ingé son 1 :       Antoine Carracci             

Ingé son 2 :        Arthur Despres             

Maquilleuse :      Anaïs Chloë Mua     

Photographe :     Vanessa Kroupa          

Making off :     Lou Rech          

Compositeur : Nicolas Finel

Compositions de Nicolas: https://soundcloud.com/nicolas-finel

Les acteurs :

Robin Petier dans le rôle de Vincent.

    Robin commence sa formation d'art dramatique par des cours en option théâtre au lycée pendant 2 ans. C'est à ce moment qu'il fait ces premieres expériences cinématographiques dans différents cours métrages. Et qu'il entreprend la réalisation de son premier cours métrage "La Lymphe " récompensé par un premier prix au festival Cinemagie. Après un passage dans la réalisation de storyboard, il approfondit ses connaissances cinématographiques en tant que premier assistant rélisateur. C'est en rencontrant Damien Jelaine lors de la présentation de son court métrage qu'ils décident de monter le projet de "Three Girls" dans lequel il tiens le premier rôle. Robin suit actuellement des cours d'art dramatique au conservatoire du 6émes arrondissement de Paris.

http://www.agencecitelya.com/artiste.cfm/458617_115_2-Robin_PETIER%20-%2020%20ans.html

Sandrine Salyeres dans le rôle de Waris.

http://www.brigitte-descormiers.com/fiche.cfm/295396-Sandrine%20SALYERES.html

Wendy Nieto dans le rôle de BLUE.


    Artiste et comédienne montante de sa génération, Wendy Nieto s'impose au fil des rôles par ses interprétations de femmes fortes et complexes, juvéniles et matures. Après une formation à Method Acting, Wendy tourne dans le film "Polisse" de Maiwenn, et enchaine en interprétant le personnage de Sabine dans le téléfilm "Crapuleuses" de Magaly Richard-Serrano pour lequel elle remporte le prix de la Meilleure Interprétation Féminine au Festival de Luchon. Elle rencontre Damien Jélaine en 2010, avec qui elle est à sa cinquième collaboration.

http://www.agencestephanelefebvre.com/artiste.cfm/323563-wendy-nieto.html

Katia Miran dans le rôle d'Heloise :

   C'est au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse que Katia Miran a suivi dans un premier temps sa formation théâtrale. Au Grenier de Toulouse, elle a interprété le rôle de Cécile de Volanges dans "Les Liaisons Dangereuses" d'après l'oeuvre de Pierre Choderlos de Laclos puis de Juliet dans "Adultères" de Woody Allen. Au cinéma, Katia a obtenu le prix d'interprétation au Festival de Cosne-sur-Loire pour le rôle de Bernadette Soubirous dans le film de Jean Sagols "Je m'appelle Bernadette", aux côtés de Michel Aumont, Francis Perrin et Francis Huster. Elle retrouve ce dernier au Théâtre Rive Gauche dans le "Journal d'Anne Frank". Attendue en janvier prochain au Théâtre du Petit Montparnasse dans une mise en scène de Jean-Claude Idée, Katia suit actuellement des cours d'art dramatique au conservatoire du 6ème arrondissement de Paris.

http://www.cineart.fr/fiche.cfm/367393-katia-miran.html

Matériel :

CAMERA :

RED MX + accessoires complets

Série Zeiss G.O 1,3 prime
Moniteur HD 12"

LUMIERE / MACHINERIE

Kit lumière tungsten 15x projecteurs
Kit lumière du jour 3x projecteurs
Bijoute éléctro
Bijoute machino (traveling, accroches) traveling avec 25m de rails, 4x rails courbes,
Consomables (gaffer, ampoules, dustoff)

Matériel son :

Edirol R-4 + Accesoires
Sennheiser MKH 416
Perche 540 cm
Bonnette + Rycote
HF Sennheiser EW112PG3
Casque Sennheiser HDE25 SP II

Lieux de tournage :

Studio / Locaux de Kafard Films et ces alentours.

Storyboard :

What are the funds for?

Le financement servira principalement à compléter le budget que nous avons d'ores et déjà alloué au film.

Votre financement servira à la location d'une grande partie du matériel dont la sommes avoisine les 3800 euros.

Nous avons besoin de vous pour que ce film puisse exister !

Merci de l'attention que vous portez au projet et à très bientôt.

L'équipe.

About the project owner


    Ce qui m'impressionne vraiment dans tout cela, c'est cette histoire de rencontre. Ou comment un fait dramatique a pu réunir un large groupe de personnes, personnes qui en temps normal ne seraient peut-être jamais entrés en contact. "L'amour et l'humour", les ingrédients avec lesquelles elle a su construire un microcosme autour d'elle. Et désormais ce microcosme appartient au film.

    Ce que ce film représente pour moi est avant tout une espèce de devoir de mémoire pour moi, et un hommage. La première moitié du film est inspirée de faits réelles dont je pense avoir joué un rôle important. C'est étrange, mais notre histoire de fuite qui devient un drame à tourner de manière si poétique et invraisemblable qu'il fallait commencer à réfléchir sur la nature des évènements, et ce que l'on pourrait en tirer une fois tout danger écarté. Je suis parti en Australie avec Lou Rech en novembre 2012. C'était insensé, spontané, peut-être même immature. Mais on l'a fait. L'envie la plus forte de notre courte vie était devenue l'idée la plus folle pour devenir l'erreur le plus grande, c'est en tout cas ce que je me suis dit au départ...

    À Perth, il nous avait été conseillé d'écrire sur les évènements tragiques qui animaient désormais nos vies, à sa famille et à moi, et congelaient la sienne. Elle allait avoir un énorme black out, et il fallait qu'elle puisse par la suite recoller les morceaux (ou pas, mais au moins qu'elle ait le choix). N'ayant pas tenu mon rôle dans l'écriture du journal, j'ai commencé à articuler une fiction atour de ça, depuis le début, depuis notre rencontre autour d'un appareil photo jusqu'à ce déchirement clinique. L'idée d'en faire un film ne m'est venue qu'une fois de retour à Paris, après un dîner avec Robin Petier.