BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Les suites d'une Course suivi de Jules

Création théâtrale autour de Jules Supervielle par les Cies "Le Sourire du Singe" et "On Disait Que"

About the project

Les Cies "Le Sourire du Singe" et "On Disait Que" vous présentent

Les suites d'une course suivi de Jules

Un seul en scène qui vous fera voyager dans l'univers de Jules Supervielle

Aiderez-vous Sir Rufus à se métamorphoser en cheval ?

Texte : Jules Supervielle

Adaptation, mise en scène et scénographie : Delphine Roume

Jeu : Livia Dufoix

Réalisation plastique : Roxane-Malouine Ronot

Réalisation graphique : Yanis Dufoix

 

Le spectacle : une découverte de l'écriture de Jules Supervielle en 2 temps

Les suites d'une course ...

Sir Rufus Flox, "jockey à la casaque grise chevalin", se retrouve dans la Seine avec son cheval lors d'une course hippique. Il ressort seul sur la berge. Les jours qui suivent, "le monde devient pour lui de plus en plus chevalin" jusqu'à l'ultime métamorphose.

Suivi de Jules !

On vous propose un voyage dans le monde onirique de Supervielle ! Suivez les guides, les personnages de Jules, et laissez-vous transporter dans l'univers de l'auteur. Dépaysement et rêverie garantis !

 

Extrait

"Sir Rufus Flox, gentleman-rider, pourquoi aviez-vous donné votre nom à votre cheval ? Petit homme aux joues rouges de bifteck saignant. Qui donc vous avait poussé à vouloir vous retrouver tout entier dans cette longue bête grise qui paraissait à peine toucher terre ?  Mais c'est justement parce qu'elle vous ressemblait si peu que vous aviez pensé pouvoir mieux vous l'approprier, vous l'annexer, en lui plantant votre nom comme des banderilles de feu. [...] Quelle joie de ne faire qu'un avec elle sur la piste, aux yeux d'une foule immense, jockey à la casaque grise, d'un gris chevalin parcouru de légers frissons comme la robe même de votre monture. Le Grand Prix des Amateurs à Auteuil, Sir Rufus l'avait couru en tête ..."

Intention

Delphine : « L'univers de Supervielle est onirique, poétique, faussement enfantin. Il est fait de lieux à la fois géographiquement repérables et totalement inventés. Ses personnages sont toujours dans une quête très concrètement existentielle : c'est un homme qui devient son cheval, c'est une enfant qui est née de l'imaginaire d'un père inconsolable, c'est une fillette qui a la voix d'un violon... Ils sont tous extra-ordinaires, d'une sensibilité merveilleuse, touchants, attachants.

Dans la nouvelle Les suites d’une course, un jockey se métamorphose en son cheval.

Il est impossible de concurrencer la magie et l'imagerie des mots de Supervielle (le texte n’a quasiment pas été touché, sauf les points de vue) ! Pour m'en approcher, j'ai fait le choix de confier la narration à une aristocrate, un peu zazou, qui nous raconte d'abord un fait divers, puis qui, au fil de l'histoire, devient elle-même Sir Rufus... Il était important de garder cet univers « entre deux portes » : à la fois très ancré dans le réel, dans une société avec ses us et coutumes, et, en même temps, dans un monde onirique. 

La présence physique du cheval était indispensable: voilà pourquoi nous avons fait appel à Roxane Ronot, artiste-plasticienne passionnée de théâtre masqué, pour réaliser une tête de cheval "la plus réaliste possible"!

Pour Supervielle, ce mariage entre ces deux mondes est tout à fait naturel. Mon envie était de marier des détails pratiques et concrets à un univers merveilleux. On démarre un pied dans la réalité avec l'aristocrate et on finit par suivre Sir Rufus. On est dans un salon, une fenêtre ouverte sur le monde extérieur. Puis sur un champ de course … puis la fenêtre devient un castelet.

Il fallait une comédienne qui puisse passer d'un personnage à un autre, d'un univers à un autre, avec naturel. Pour moi, Livia était une évidence."

L'équipe

Delphine Roume adapation, mise en scène et scénographie

Sortie du conservatoire de Montpellier en 1999, elle s'est rapidement dirigée vers la mise en scène en passant une licence professionnelle concepteur-réalisateur de projets artistiques à l'université de Perpignan. Après avoir joué pour des auteurs de région (Jean Reinert, La tour de constance), ou des théâtres (le cabaret moderne...), elle met en scène La langue d'Anna de Bernard Noël pour le théâtre Lakanal. Elle crée d'autres spectacles (Gobelets, tables, chaises et parapluie...), met en scène des pièces pour enfants (Pierrette et Paulette de Fabienne Benveniste pour la Cie "Une chanson en tête"...). Elle enseigne le théâtre et l'histoire des arts (master d'histoire des arts). Elle obtient un concours de l'enseignement en 2013, qui l'éloigne quelque temps de la mise en scène mais elle retourne désormais à ses premières amours. 

Livia Dufoix, jeu

Sortie du Conservatoire de Roubaix en juin 2015, elle joue et chante cet été-là au Théâtre du Peuple dans l'Opéra de Quat'Sous, mis en scène par Vincent Goethals. Depuis, elle a travaillé dans divers projets au théâtre : pour la Cie L'Impatiente dans Maud écrit et mis en scène par Antoine Domingos ;  la Cie Allotrope dans Vise le coeur et Voyous! mis en scène par Céline Balloy ; Pierre Fauvio et la Cie Les Voyageurs dans Cible Mouvante et enfin, la Cie On Disait Que avec Jacqueline, mis en scène par Sarah Blanquart. Quand elle n'est pas sur scène, elle prête sa voix pour des films, dessins animés et séries dans les studios de doublage à Bruxelles.

Roxane-Malouine Ronot, réalisation plastique

Roxane-Malouine Ronot se forme au théâtre avec "la Compagnie des Songes", où elle joue, réalise les costumes, enseigne et met en scène une adaptation de Tambours sur la digue de Hélène Cixous. Découvrant un vrai intérêt pour la mise en scène, elle intègre le cycle 2 du Conservatoire de Lille sous la direction de Christine Girard. Parallèlement,  elle se passionne pour le théâtre masqué et débute son apprentissage auprès de Serge Poncelet, puis poursuit sa formation à l'école internationale Lassaad à bruxelles. Elle y est formée par Lassaad Saïdi et Norman Taylor. Elle se perfectionne ensuite et s’initie à la fabrication auprès de Matteo Destro à San Miniato en janvier-mars 2018. Depuis lors, elle joue et réalise des masques pour divers projets, entre autres en compagnie du collectif "C'est quand bientôt"?.

Yanis Dufoix, graphisme

Yanis Dufoix sort diplômé d'un master "Gestion des projets culturels" de Sciences-Po Toulouse en 2016. Il a travaillé  depuis pour l'Orchestre de Chambre de Paris et pour l'association de musique contemporaine Proxima Centauri basée à Bordeaux en tant qu'assistant communication. Yanis est un artiste dans l'âme, multi-instrumentiste. Il dessine depuis longtemps et décide de se diriger vers le graphisme ! C'est lui qui réalise les dessins et la charte graphique pour "Les suites d'une course".

 

Les Compagnies

Pour ce projet, les Cies Le Sourire du Singe et On Disait Que ont décidé de s'associer !

La Compagnie Le Sourire du Singe est née il y a quelques années à Montpellier, sous l'impulsion de Delphine Roume dans le cadre de sa première création théâtrale : La langue d'Anna, tirée d'un texte de Bernard Noël. C'était également une première collaboration entre Delphine et Livia. La compagnie a, par la suite, réalisé d'autres spectacles, tout public (Gobelets, tables, chaises et parapluies...) ou pour enfants (Perrette et Paulette...). Actuellement, et parallèlement aux Suites d'une course, la compagnie travaille sur un spectacle alliant théâtre et art lyrique.

La Compagnie On Disait Que est une jeune compagnie lilloise, créée pour le spectacle Jacqueline, qui parle de la vieillesse et de la maladie d'Alzheimer avec tendresse et poésie. C'est Sarah Blanquart, comédienne et metteuse en scène, qui en est le pivot. Elle s'associe au Sourire du Singe pour ce projet, Livia faisant partie de sa compagnie en tant que comédienne dans Jacqueline. L'envie était, pour ce projet, de pouvoir travailler à la fois sur Lille et sur Paris mais aussi de mutualiser les compétences et les ressources des deux compagnies, le partenariat a semblé évident !

What are the funds for?

Le financement servira à assurer les frais de création, à savoir : 

Accessoires, costumes et décors : la création d'une tête de cheval (réalisée par Roxanne Ronot), la fabrication d'un castelet, une robe époque victorienne, un costume de Jockey, la réalisation puis l'impression d'une carte du monde de Jules...

Alors, si vous avez l'humeur chevaline (heu... dites-nous d'ailleurs ce que ça donne) ou que vous aimez tout simplement le théâtre, aidez-nous ! Pour vous remercier, nous vous enverrions bien un fer à cheval à chacun mais il nous faudrait faire un autre appel à financement... On va trouver autre chose :)

Share Follow us