BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Un Hopgun pour La P'tite Maiz'

Aidez La P'tite Maiz', brasserie artisanale tourangelle, à acquérir un outil permettant des productions brassicoles toujours plus créatives.

About the project

Bonjour ! Avant d'entrer dans les détails des paragraphes ci-dessous qui te permettront de mieux nous connaître, je voudrais te faire un petit résumé de notre projet si tu n'as pas la foi de tout lire aujourd'hui. Pour faire simple, nous sommes La P'tite Maiz', une brasserie artisanale de la région de Tours et nous souhaitons acquérir un nouvel outil qui nous permettra de réaliser des bières toujours plus qualitatives et créatives. Cet outil est le Hopgun de la société Braukon. Cette espèce de fusée dissout le houblon comme une machine à café moderne (comme celle de George, What Else ?). Si tu veux en savoir plus, je t'invite à lire les informations qui suivent. Si jamais tu as encore des questions après tout ça, tu peux nous contacter sans problèmes. 

Merci de l'attention que tu porteras à notre projet et si tu passes dans la région Tourangelle, n'hésite pas à venir nous faire un coucou.

La P’tite Maiz’ !?… C’est quoi ?

N'hésite pas à suivre sur les réseaux sociaux ;)

L’histoire des bières de La P’tite Maiz’ commence en 2011, lorsque Christophe “réquisitionne” le garage au fond du jardin de la maison familiale à Tours (37). Garage portant déjà à l’époque, et depuis bien longtemps, le nom de “P’tite Maiz’” pour “petite maison”. Ce garage fut en effet tour à tour occupé par les membres de sa fratrie jusqu’à lui-même, et servit alors de tripot clandestin, de boîte de nuit, de salle de jeu, d’atelier de peinture... Bref, un lieu qui vit nombre de passions et d’activités naître en son sein…avec la brasserie, ce fut un projet de plus !


Juste après avoir débuté ses premiers brassins en amateur, Christophe est rejoint par Quentin, qui tombe lui aussi amoureux du brassage. Hop, l’aventure des deux compères était lancée !
S’en suivirent de très nombreux tests en tous genres, toujours en amateur, afin de voyager de plus en plus au niveau des flaveurs, des degrés, des sensations… En parallèle, une association : Les Compagnons de La P’tite Maiz’ est créée, ainsi qu’un festival de bières artisanales et de musiques éclectiques, dans le but d’écouler les stocks produits dans l’année, de faire goûter au plus grand nombre, de rassembler autour du projet, et de créer des liens : La P’tite Maiz’ c’est avant tout un truc de copains.



Le concept séduit, l’association grandit et commence à s’exporter hors de la Touraine, en effet à cette époque Christophe travaille sur Paris, c’est à ce moment qu’ouvrent les premiers bars craft dans la capitale, il fait donc naturellement goûter les productions amateurs de La P’tite Maiz’ à droite et à gauche et malgré quelques défauts à l’époque, les bières plaisent. S’en suivent des événements « hors les murs » à Paris et en proche banlieue, afterworks, dégustations privées… L’envie de faire encore mieux se fait sentir en 2014. Quentin et Christophe s’inscrivent donc au DU (Diplôme Universitaire) « opérateur de brasserie » de La Rochelle et retournent sur les bancs de l’école, côte à côte, afin d’approfondir leurs connaissances en brassage, qui jusque-là étaient du « sur le tas » et du « glanées par-ci par-là ». A cet endroit naissent des amitiés et la passion grandit encore un peu plus.
Quentin part alors à l’assaut du monde. Première direction : la Nouvelle-Zélande. De nombreuses rencontres et des petits boulots en brasseries conforteront alors, petit à petit, son choix de faire de sa passion son métier. A son retour en France, pour lui c’est clair, son avenir est dans la bière. Christophe de son côté a eu du temps pour réfléchir. La seule chose qui le motive vraiment à sortir de son lit le matin est d’aller brasser. Alors oui, c’est l’évidence, il faut créer une brasserie.
Après un bref passage par le statut d’autoentrepreneur, qui permet de commencer à vendre la production issue des deux machines de 50l en octobre 2015, Christophe et Quentin, les 2 brasseurs désormais pro (mais pas encore vraiment), travaillent ensemble dans le sous-sol de La Reserve, un bar du centre-ville de Tours, dans ce qu’ils appellent Le Laboratoire.

Une fois les bières brassées, testées, modifiées et approuvées, la P’tite Maiz’ se transforme en « Flying beer Maker » (brasseurs volants) et va à la rencontre de brasseries déjà existantes pour produire ses recettes en plus grande quantité, ce qui lui permet d’échanger, de se confronter et d’apprendre de ses pairs. C’est l’étape du nomadisme. Avec matelas et duvet dans la voiture, nos deux amis trimballent leurs bottes de brasseries en brasseries. Ils découvrent le monde, les différents outils de production, de conditionnement, notent les points positifs et les points négatifs partout où ils passent avec la ferme intention de se lancer un jour dans le grand bain. Nous sommes alors en février 2016. Neuf mois plus tard, une annonce de vente de matériel de brassage retient leur attention. Et ils craquent. Un chèque d’acompte est laissé après une journée de test sur la salle de brassage. Le grand tournant est annoncé. L’installation est proche.
Après leur recherche de locaux et de financements, en février 2017, débutent les travaux dans le local de 500m² trouvé au Nord de Tours sur la commune de Notre Dame d’Oé (37).



La fine équipe est fin prête en juin 2017 et, avec Quentin comme chef d’orchestre, le grand concert du brassage sédentaire peut commencer. Depuis juin 2017 la brasserie est vivante et des bières innovantes et créatives en sortent tous les mois, dans un souci constant d’équilibre, de netteté et de qualité. L’envie de partager, le goût de créer à plusieurs né du nomadisme n’a aujourd’hui pas disparu et s’est même intensifié. Régulièrement, la brasserie réalise des collaborations, bières dont les recettes sont imaginées avec d’autres brasseries et dont les brassins sont fait ensemble. Toujours dans le partage des connaissances et dans la perspective de la recherche d’originalité.


Afin de s’améliorer encore et d’accroître la qualité de nos bières, nous avons aujourd’hui besoin de vous !

What are the funds for?

On a besoin de vous !? Mais… Pourquoi ?

Là est la vraie question ! Avant de produire plus, nous avons choisi de produire mieux. Aujourd’hui nous voulons nous équiper d’un Hopgun (voir photo ci dessus), afin de sortir des bières houblonnées et des bières à adjonctions de meilleure facture.
Le houblon, c’est important dans la personnalité de certaines de nos bières comme dans :
- This is Not a Pils (Summit, Citra, Mosaïc)

- Don’t worry, be IPA (Admiral, Dr Rudi, Jester)


- In Wheat Wheat Trust (Waimea, Rakau) 


Il donne l’amertume à la bière ainsi que l’aromatique. Conditionné sous forme de pellets, sorte de granulés de la fleur de houblon broyée puis compactée. Il permet d’exprimer des notes illimitées, allant par exemple du résineux à la mangue en passant par les différents agrumes... Le Hopgun donnera à l’utilisation de ces pellets une meilleure extraction et un rendement accru, pour des bières toujours plus stables et savoureuses. De plus, il nous sera très utile lors de la fabrication de nos bières dites à adjonctions comme :
- Mango Pale Ale (Mangue) 


- Miss Under Stout (Vanille, Thé, Cardamome, café vert…) 


- Sour Blueberry Wheat (Myrtilles) 


Quels sont les bénéfices du Hopgun ?
- Simple d’utilisation pour dissoudre les pellets de houblons dans la bière ce qui signifie un temps de contact réduit entre la bière et le houblon avec une extraction plus stable des arômes
- Dissolution douce des pellets de houblons, garantissant une bonne filtration des particules de houblon pour éviter les problèmes de filtrations
- Meilleure extraction des arômes pour un houblonnage à froid plus marqué et une infusion optimale des composés huileux du houblon

Pour faire simple, une bière de meilleure qualité, des arômes plus intenses avec une meilleure tenue en bouche et donc une période de conservation plus longue. 

Y’en a un peu plus… J’vous l’mets ?!
Vos dons nous aideront également à acquérir une chandelle de préfiltration. Qui elle aussi jouera un rôle important sur l’aspect de nos prochaines productions :
- La chandelle retient les grosses particules de houblons, la bière produite est donc plus avenante et sa filtration en est améliorée
- Protège les différents éléments du processus (pompes, filtres, vannes, boules de nettoyage…)
- Permet d’infuser la bière avec des composés aromatiques (épices, fruits…)

About the project owner

Nous ? C'est qui ?

Christophe Le Gall : (à gauche de l'image)
Après le mauvais choix d’orientation en école de commerce, Christophe se tourne vers la médiation culturelle, filière lui ressemblant plus et y obtient un Master II. Longtemps agent d’artiste de Jazz sur Paris, il découvre le brassage amateur en 2011. Il tombe dedans. Dès lors, ce ne sera plus qu’une obsession, travailler ses recettes, améliorer ses bières. Parallèlement il créé en 2013 une association ayant pour objet la bière, la culture et la culture de la bière : Les Compagnons de La P’tite Maiz’, ainsi qu’un festival de bières artisanales et de musique, sur Tours, sa terre d’adoption. Le succès des événements organisés par l’association et les retours des adhérents sur la qualité des bières sont grandissants. Pour asseoir ses compétences, il passe le DU « opérateur de brasserie » de La Rochelle en mai 2014. En 2015 Christophe décide de devenir brasseur professionnel. Ses bières préférées sont les stouts, les IPA et les acides. C’est la Punk IPA qui lui donne le goût de la bière craft. « Ah ouais ? On peut faire ça !? J’ai envie de faire ça ! ».
A l’avenir il a très envie de retravailler avec des fleurs, des thés, des épices et toute une gamme de fruits comme par exemple des fruits rouges ou des pêches.

Quentin Besnard : (à droite de l'image)
Pour Quentin, la rencontre avec le monde du brassage se fit un matin chez Christophe. Ce dernier passait, à l'époque, ses journées de congés devant sa cuve de 20L. De son côté, Quentin cherchait une passion dans laquelle s'investir.
Christophe lui transmit, pédagogiquement et dans la bonne humeur, son savoir-faire. Les discussions, les dégustations, les brassins se multiplièrent et la passion grandit. L'envie de devenir professionnel se précisa, et emmena les 2 compères à la Rochelle pour passer et obtenir le DU Operateur de Brasserie, au printemps 2014. Quelques mois après, Quentin partit faire un voyage de 11 mois qui commença en Nouvelle Zélande et finit aux Etats-Unis. Cela lui permit de rencontrer de nombreux brasseurs, et de travailler dans quelques brasseries en Nouvelle Zélande. De retour en France courant Septembre 2015, le projet était clair, La P'tite Maiz' devait devenir une Société.
Les bières qui lui ont donné envie de se lancer dans le monde du beer craft ? : les productions françaises comme le Paradis ou la Corézienne. En général, il préfére la finesse des black IPA.
Il souhaiterait exprimer les différences entre les variétés de houblons, et réaliser une gamme single hop (bière confectionnée avec un unique type de houblon) avec les différentes espèces de houblons français.

N'hésite pas à nous suivre sur les réseaux sociaux ;)