BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

CYRANO

«Mon Dieu, c'est vrai, peut-être, et le bonheur est là.»

About the project

BONJOUR À TOUTES ET À TOUS

Suite à la création de plusieurs extraits de la pièce, nous avons voulu monter l’intégralité du spectacle. Certes, c’est ambitieux mais le rêve a été permis grâce à la rencontre de plusieurs comédiens désireux de donner corps à cette histoire.

Nous faisons notre dernière résidence du 5 au 11 fevrier 2018 et nous avons déjà une date de représentation le week-end du 19 mai dans le cadre du Festival des Planches Fêlées au Théâtre de l'Escabeau (Briare, Loiret). D'autres dates se profilent entre mai et juin 2018. 

Résumé

 «J’ignorais la douceur féminine. Ma mère ne m’a pas trouvé beau,
Je n’ai pas eu de soeur.»

Cyrano, laid, seul et contre tous. Contre la société et ses préjugés, insoumis, porté par les mots et sa soif de liberté!
En cinq actes, Rostand dépeint une fresque de l’humanité, amoureuse et cruelle.
Aidé par la musique et les lumières, Cyrano, qui lui aussi est metteur en scène, met en place ce qu’il n’aurait jamais pu imaginer: l’amour!
Ces personnages, faits d’espoir et d’envie, vont se confronter à une réalité dure et cruelle, celle de l’abandon des rêves et de la jeunesse: la bouleversante histoire d’une désillusion segmentée par l’espoir et la sublimation mutuelle des personnages.

Il ne restera qu’une chose: le panache!


Note d'intention

« Il n’est de grand amour qu’à l’ombre d’un grand rêve » - Edmond Rostand

Voilà pour nous le sujet à la fois de la pièce et de la création du spectacle. La rencontre d’une troupe réunie autour d’un même rêve de théâtre. Le fait de porter un texte aussi puissant ne fait que renforcer de jour en jour notre passion commune.
La majorité de l’équipe venant de la même école, nous avons l’habitude de travailler ensemble et nous nous comprenons de façon presque instinctive.

Nous aurions pu faire une écriture plateau qui dépeindrait la jeunesse que nous vivons, mais pourquoi ne pas traiter ce grand texte qui aborde des thèmes universels tels que l’amour, le rêve, la désillusion et bien d’autres.
Certes c’est ambitieux, mais il faut probablement manquer de modestie pour monter Cyrano. Il ne s’agit pas de révolutionner cette pièce, il s’agit de lui donner notre sens à nous, avec cette troupe et ces individus.
Notre but est de rendre cette oeuvre accessible à tous par la recherche du concret dans l’alexandrin, afin que ce texte puisse parler à toute classe, tout âge. Cela par le regard que nous portons sur la pièce et par la modernisation des situations et de l’esthétique générale, tout en gardant le texte intact.
 [...]
Cette utopie est d’abord portée par le texte et la poésie de Rostand qui élève le comédien mais aussi par la lumière et la musique, très présente, qui renforcera les grands moments du spectacle.
 [...]
Cyrano se bat pour des idées, notamment contre l’éthique bien-pensante que certains personnages comme Le Bret, peuvent incarner.
Nous y voyons, nous, jeunes comédiens et jeunes metteurs en scène, un parallèle concret. Car si Cyrano se bat pour écrire en toute liberté sans contraintes d’argent ou de censure, nous nous battons, nous, pour un théâtre ambitieux. Nous voulons servir ce grand texte, avec peu de comédiens par rapport à la distribution initiale de la pièce mais beaucoup par rapport à la production théâtrale actuelle, malgré le fait que cela puisse paraître difficilement réalisable par contraintes financières et logistiques. Mais le jour où nous avons décidé de faire ce métier, il y a peu de temps pourtant, n’avons nous pas rêvé de grands textes, de grands sentiments? Nous ne voulons pas perdre nos illusions à l’heure du politiquement correct, du théâtre-performance et du spectacle pour enfants racoleur.
Tous les personnages de la pièce sont faits d’espoir, d’humanité et d’envie. Ces sentiments forts, charnels, sexuels, les rendent animal. Ce sont de jeunes fauves. Ils croient en l’humanité et vont déchanter, c’est là le tragique de la pièce, la désillusion du monde, l’abandon des rêves et de l’enfance.

Alors peut-être subirons-nous le même sort, mais qu’importe ?

Jules Fabre et Nina Ballester - metteurs en scène



L'équipe

LES COMEDIENS :
Niaouli Auzolles - comédienne, costumière - rôle de ROXANE
Arvhyn Blanchard - comédien, musicien - rôle de CADET/MARQUIS 
Romain Châteaugiron - comédien, création musicale - rôle de CHRISTIAN 
Jules Fabre - mise en scène, comédien, création musicale - rôle de CADET/VALVERT
Tommy Haullard - comédien, création musicale - rôle de CADET/MARQUIS
Antoine Michaëlis - comédien- rôle de DE GUICHE
Arnaud Tardy - comédien, musicien - rôle de LE BRET
Etienne Tilmant - comédien- rôle de LIGNIERE/CARBON
Aurélien Tortiller - comédien - rôle de CYRANO

LA TECHNIQUE :
Christophe Auzolles - conseiller technique en escrime
Valentin Cornair - création lumières

What are the funds for?

Cet argent nous permettra de rembourser l’argent dépensé depuis le début de la création dans les décors, les accessoires (2523€), les costumes (1000€), les transports et la nourriture des comédiens durant les deux premières résidences (1050€), ainsi que la création lumière et la troisième résidence (2427€).
Nous avons conscience que nous demandons une grosse somme mais nous souhaitons absolument que le projet soit complètement abouti afin de vous présenter un spectacle de qualité où rien n’aura été laissé au hasard. 

About the project owner

Jules Fabre - mise en scène, comédien, création musicale

Fils et petit-fils de comédien, j’ai eu la chance de baigner dans le milieu du théâtre depuis mon enfance. Tout commence pour moi en 2004. Jean Francois Vlérick, un ami de ma mère, décide de me faire participer aux Journées de la Cartoucherie dans un spectacle-performance sur le thème de la famille. Un an plus tard, à neuf ans, j’ai la chance de jouer dans « Les Pas Perdus » de Denise Bonal mis en scène par Gilles Guillot au Théâtre du Rond Point dans le rôle de l’enfant. En 2006, je fais mes premiers pas sur les planches du théâtre familial: le Théâtre de l’Escabeau. Je joue le rôle du messager dans « En attendant Godot » de Samuel Beckett mis en scène par Laurence Février. Entre 2008 et 2011, je pratique le théâtre dans des cours de quartier tel qu’ACTE 9 avec Brigitte Girardey ou encore les Ateliers du Sudden avec Raymond Acquaviva. Encouragé par mes parents et de plus en plus passionné, j’intègre le Lycée Lamartine en option théâtre où je passerai deux ans à plus de dix heures de pratique par semaine avec les intervenants David Gerry, Olivier Cruveiller, Sylvie Lebrun et Nadir Legrand. À l’issue de ces deux ans, j’interprèterai le rôle de Liliom dans la pièce éponyme au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers. J’obtiens le BAC au rattrapage avec 10,1 de moyenne et comme les études ne sont visiblement, absolument et définitivement pas faites pour moi, j’entre en 2014 à l’Ecole Claude Mathieu, où je rencontrerai entre autre, l’équipe de « CYRANO ». Cette même année, je participe à la création de la Compagnie Jeune du Théâtre de l’Escabeau avec laquelle nous organisons chaque année le Festival des Planches Fêlées. Toujours dans la même année, j’ai eu la chance d’interpréter des premiers rôles dans le téléfilm « Léo Matteï Brigade des Mineurs » de Ludovic Colbeau Justin ou encore dans les courts-métrages « Et après » de Sophie Hourlier et « l’Echappée » de Roger Guillot. L’année 2015 est très importante pour moi car je créée ma propre compagnie « Les Vrillés de la Scène » et commence donc à me confronter à l’administration et à la logistique. La première création accueillie dans la compagnie sera « Britannicus on Stage », un Racine dé-raciné et hyper musical mis en scène et écrit par Pierre Lericq, le créateur de la Compagnie des Epis Noirs. J’interprète le rôle de Britannicus dans ce spectacle qui est toujours d’actualité et qui sera présenté à Avignon OFF 2018. Au sein de mon école, je jouerai le rôle du Frère dans « Roberto Zucco » de Bernard-Marie Koltès mis en scène par Félicia Delcroix dans le cadre d’un atelier d’élève. J’arrive déjà en troisième année de mon école et suite à un casting théâtral, j’intègre la Compagnie Ben Brothers dont la plupart des artistes sont issus de l’école de danse Rick Odums. Je prends en main le rôle d’Hippolyte dans « Phèdre » de Jean Racine mis en scène par Canelle Le Petit et aborde la danse pour la première fois. Cette même année, je serai acteur dans deux autres téléfilms, « Joséphine Ange Gardien » et « Section de Recherche ». Je decide de m’atteler à la mise en scène début 2017 avec « Cyrano de Bergerac » que nous travaillons depuis avec Nina Ballester comédienne/metteure en scène que j’avais rencontrée dans « Roberto Zucco » avec qui nous avions vite trouvé une affinité professionnelle. À la sortie de mon école, en juin 2017, j’intègre le casting de « Plus Belle la Vie » dans un rôle récurrent. Je suis donc en permanence entre théâtre et télévision, ce qui n’est pas pour me déplaire. Je pratique la guitare depuis plus de quinze ans et le chant depuis quatre ans. La musique et le théâtre étant pour moi absolument complémentaires et essentiels l’un à l’autre, j’effectue la création musicale de « CYRANO » avec l’aide de tous les autres musiciens de l’équipe.

Nina Ballester - mise en scène


Ayant grandi dans une famille d’artistes, je me retrouve très vite embarquée dans la folle aventure du théâtre. Le goût de la scène me vient alors très vite, à quatre ans. De cette soif de théâtre naît une grande passion qui m’amène à suivre des stages de comédie musicale à l’AICOM et de théâtre avec Jean-Laurent Cochet et le Workcenter of Jerzy Grotowski and Thomas Richards entre 2011 et 2013. Puis, c’est le grand plongeon dans la dimension professionnelle du théâtre : j’entre à l’école Claude Mathieu en septembre 2013 où je me forme pendant trois ans. En 2015 je tiens le rôle de la Gamine dans « Roberto Zucco », un atelier d’élève dirigé par Félicia Delcroix au sein de notre école, spectacle sur lequel je rencontre Jules Fabre. Toujours avide de découvertes diversifiées, je mets un pied dans le cinéma en 2015 en tenant le rôle principal du court-métrage « Couchez l’amour sur les violons » réalisé par Sébastien Truchet. Forte de cette expérience, je tourne ensuite sous la direction de Christophe Lamotte en 2016 dans le téléfilm « Je suis coupable », puis sous la direction de Benoît Jacquot en 2017 dans le film « Eva ». À ma sortie d’école, je plonge dans le métier en jouant le rôle de Lutèce dans « Lutèce à Paris » mis en scène par Marie Joly à la Comédie Saint-Michel d’avril à juillet 2017. Puis Shakespeare me rattrape en me faisant passer de l’autre côté du plateau puisque j’assiste Aurélie Toucas à la mise en scène de « Comme il vous plaira » en juin 2017 au Théâtre de Ménilmontant et en juillet au Festival d’Avignon OFF 2017. Shakespeare continue à me poursuivre, mais me remet sur les planches en août 2017 dans une adaptation de « Roméo et Juliette » mise en scène par Théophile Charenat en tournée dans des châteaux de Bourgogne. La vie de châtelaine terminée, je joue le rôle d’Elisabeth dans une adaptation des « Enfants Terribles » de Cocteau, mise en scène par Barthélémy Fortier et Juliette Blanchard. La mise en scène me rattrape ensuite avec « Bouli Miro » de Fabrice Melquiot, une co-mise en scène avec Nina Cruveiller. Et j’en arrive aujourd’hui à faire la grande rencontre de ma vie avec « CYRANO », en co-mise en scène avec Jules Fabre.

Bérangère Magnani - administratrice


Le théâtre a toujours fait partie de ma vie et le travail de scène est rapidement apparu comme une évidence. Le BAC L option théâtre en poche, j'intègre le conservatoire du 10ème à Paris. J'y passe un an et demi à apprendre, jouer, lire, faire des rencontres magnifiques mais aussi à mettre en scène ou à faire de la régie. Cette expérience m'a beaucoup appris et surtout m'a permis de comprendre que je ne désirais pas être comédienne. Mon profond attachement au théâtre était toujours présent ainsi que mon admiration et mon respect pour les artistes mais ma place n'était plus dans le "jeu". En parallèle, je débute un travail d'hôtesse d'accueil au Nouveau Théâtre de Montreuil et avec des anciens de l'option théâtre nous montons notre compagnie et créons notre premier spectacle autour des figures de clowns où je suis aide à la mise en scène. Dans cette même compagnie, je commence à m'atteler à la paperasse : créer la compagnie, monter les dossiers du projet... Au théâtre de Montreuil, je reprends le poste de standardiste/caissière en temps plein pendant 6 mois. C'est à ce moment-là, après un bilan de compétences et de nombreuses discussions avec des collègues et amis, que naît mon désir de travailler dans la production et l'administration. L'envie de faire partie d'une équipe, de construire des projets avec des artistes et de les accompagner au mieux pour que leurs envies éclosent et explosent. C'est à la fin de ce CDD que je rencontre Jules Fabre, par l'intermédiaire de Nina Ballester. Il cherche justement une administratrice pour les Vrillés de la Scène et je cherche à débuter dans ce milieu. Ils me présentent la compagnie, leurs projets, l'équipe, ce qu'ils attendent de moi. Nous tombons d'accord sur notre désir de former une troupe et de travailler en équipe. Cette rencontre signe le début, pour moi, de la belle aventure des Lévriers et du fabuleux projet qu'est « CYRANO ».









































Crédit photos : Arnaud Tardy/Paul Mezier