Warning, our website may not display or work properly on your browser.
We recommend that you update it if you can.

Update my browser
I don't want or I can't update my browser
BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Physalis

Une série catastrophe en trois épisodes.

About the project

Un parasite se propage dans l’air ; il s’attaque aux tissus cérébraux au contact d’un certain taux d’ocytocine - l’hormone de l’attachement. Claire, enceinte, doit alors vivre ses derniers jours de grossesse dans une bulle de confinement et remettre en cause le lien qui l'unit à son enfant.

« Vous  ne  voulez  pas  vous  aimer,  et  bien  regardez  ce qu'il se passe lorsque l'on vous en retire la possibilité » ; voilà nos premiers mots à la genèse de Physalis. Tout le propos de la série réside en effet dans la mise en évidence de l'attachement entre les Hommes et de sa nécessité ; révéler l'amour là où on le pense absent. Pour arriver à une telle conclusion, nous empruntons la voie du genre catastrophe : opposer les personnages à un  obstacle  contre  lequel  ils  ne  peuvent pas lutter. Ils seraient en l'occurrence dépassés par une mort causée par le sentiment d'attachement. Il s’agirait alors de confronter le spectateur à ce monde sans attachement, à lui montrer ce qu’il y perdrait, pour qu'il envisage finalement de mieux aimer.

 

 

Suite aux premiers cas d’infection, l’hôpital aurait bâtit dans l’urgence une "bulle" de confinement afin d’y placer les femmes enceintes – premières menacées par le parasite. Il s’agirait d’une structure de fortune, édifiée au sein d’une salle de réveil dont le mobilier (lits, chariots médicaux…) aurait été rassemblé d’un côté de la pièce. Construite dans des matériaux déjà utilisés par les chambres de confinement des "enfants-bulle" (immunodéficients), cette armature stérile prendrait la forme "d'une pièce dans la pièce" cloisonnée par une « bâche » transparente (type polyane, PVC souple...) et les murs de la salle, eux-même recouverts de bâches translucides vertes.

Dans un second temps (dès l’épisode 02), l’entièreté du mobilier encombrant la pièce serait retirée, et de nouvelles cloisons transparentes formeraient deux bulles individuelles. De plus, ces deux espaces seraient agrémentés d'éléments tels qu'un lit, un support (type petit chariot à roulettes) ou encore un rideau-paravent.

 

 

 

What are the funds for?

Cette série de trois épisodes est le point d’orgue de notre deuxième année d’études à 3is. Le processus d’écriture a commencé en septembre 2019 et depuis, nous travaillons sans relâche sur ce projet qui nous tient énormément à coeur. Le tournage ayant été retardé en raison de la crise sanitaire, nous avons dû repenser la production pour le mener à bien dans ces conditions hors du commun. Mais pour cela, nous avons besoin de votre aide !

Pour que Physalis prenne vie, nous avons besoin de réunir 2200 €. Cette somme représente la prise en charge des décors, accessoires, costumes, des défraiements artistiques et techniques... Grâce à vous, nous réussirons à produire une série à la hauteur de nos attentes et dans des conditions professionnelles.