BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Un fournil pour "Les petits pains d'Edith"

Ou comment participer à l'installation d'une paysanne-boulangère dans l'Aude

About the project

En participant à ce financement, vous soutenez une paysanne-boulangère en cours d’installation sur un terroir d’exception et dont le pain accompagnera divinement vos repas.

L’origine de mon projet : 

Je m'appelle Édith et je m'installe à Argens-Minervois (Aude) en tant que paysanne-boulangère.

Je m’étais orientée vers un métier de travailleur social dans une démarche de partage, soutien et ouverture aux personnes. Je me suis épanouie et investie dans mon travail pendant 15 ans, avec une compétence reconnue face à un public en grande difficulté pouvant se trouver confronter à des violences extrêmes.

Pour apporter un peu plus d’optimisme à mon quotidien, j’ai eu envie d’orienter mon activité professionnelle vers le respect de l’environnement, la production et la valorisation des produits de la terre .

Notre monde s’industrialise de plus en plus avec une fabrication de masse sans qualité ni respect de la terre et des hommes. On assiste à une course à la consommation effrénée. J’ai envie de participer à un changement de société à mon échelle. De montrer qu’on peut être heureux en vivant dans un village et participer à la vie de ce dernier à travers des temps de partage autour du four : des journées de cuisson communale par exemple avec des repas partagés.

Convaincue que l'agriculture bio et paysanne est plus que jamais indispensable à la sauvegarde de notre planète, je souhaite que "Les petits pains d’Édith" fassent la preuve, aux côtés d'autres initiatives, qu'une alternative à l'agro-industrie est encore possible. Après plusieurs mois riches d’expériences, de rencontres, de transmissions, j’ai décidé de devenir "Paysanne-boulangère" pour travailler de la semence jusqu’au pain, en promouvant une agriculture locale, paysanne, en faveur d’une biodiversité cultivée, et en proposant une commercialisation directe ou en circuit court.

Mon projet répond à une "quête de sens" : c'est à la fois un projet professionnel mais aussi un projet de vie.

Paysan-boulanger: en quoi ça consiste?

Il s'agit de cultiver directement les grains qui vont servir à la fabrication du pain et des biscuits. Cela permet de maîtriser la chaîne de production, de la culture à la panification en passant par la mouture sur meule de pierre.

Mon souhait est de cultiver, en bio, différentes variétés de céréales anciennes, adaptées au sol de la région, au climat, et à la panification. A l’heure actuelle, j’ai trouvé environ 7 hectares qui me permettraient de cultiver des céréales en assurant une rotation des cultures pour préserver le sol et la biodiversité. Mes pains seront au levain naturel sans adjonction de levure.


Un aperçu de ma carte:

Ma future activité:

J’habite dans une commune où il n’y a pas de boulangerie, comme dans les villages voisins. Par contre, les épiceries assurent un dépôt-vente de pains « conventionnels » Trois boulangers travaillant avec des farines de variétés anciennes et au levain se trouvent à Azillanet, village distant du mien d’une dizaine de kilomètres. Ils vendent principalement sur Narbonne ou le versant ouest de l’Hérault. Il me semble tout à fait réalisable de trouver une clientèle sur mon village et les villages voisins ainsi que dans des organismes Lézignanais tel que Pôle emploi qui apprécie la livraison groupée sur le lieu de travail.

A ce jour, je vends sur commande 60kg de pain par semaine, pour atteindre, dans une année de croisière, 200kg qui seront vendus chaque semaine en vente directe. Je livre les personnes sur mon village et dépose les commandes dans les épiceries des villages voisins. Je livreégalement sur les lieux de travail. Je tiendrai des stands sur des marchés ponctuels et proposerai mes pains aux restaurants d’Argens et pourquoi pas à la cantine de l’école. 

Je viens également d'être démarchée par une mairie qui n'a plus de boulangerie et qui souhaiterait que je livre mon pain chez eux.

Certains pains seront vendus à prix libre afin de permettre à toutes et tous d’avoir accès à un aliment de base du quotidien.

What are the funds for?

Si vous participez à mon projet, vous participez à :

  • Offrir un aliment quotidien bon, sain et accessible à toutes et tous en respectant la terre.
  • Soutenir un réseau avec les différentes personnes membres de la filière de la semence jusqu’au pain sur le territoire de l’Occitanie, dans un objectif d’équité et de solidarité.
  • Promouvoir une agriculture biologique assurant une biodiversité de semences cultivées et un autre mode de commercialisation que la grande surface
  • Participer à la vie locale à travers l’animation de cuisson communale trimestrielle accompagnée d’un repas partagé et d’échanges de savoirs

Les besoins pour m’installer

Mon premier gros investissement à la création de mon entreprise sera l’installation de mon fournil. J’ai déjà le local, reste à l’aménager et acheter les équipements nécessaires à la boulange et la biscuiterie. J’ai chiffré cet investissement à 28520€.

  •  Le four à bois Ferma construction, fabriqué dans l’Aude

Ce four me permettra de cuir jusqu’à 80kg de pain par fournée.

  • Travaux d’aménagement 
  • Construction d’un pétrin en bois de Hêtre Ce pétrin sera construit par une classe de Brevet Professionnel en menuiserie du C.F.A. de Lézignan Corbières.
  • Achat de matériel de boulange (bannetons, ...)

En parallèle de cette campagne, je monte, à l’aide du Biocivam, un dossier de demande de subvention auprès de la Région pour l’aide à la transformation à la ferme. La subvention peut atteindre jusqu’à 40 % de la somme.

Cette campagne de financement participatif me permettrait, si elle réussie, à atteindre la somme de 12000€. Elle servira à l’achat du four à pain. Si la somme collectée dépasse 12000€, cela me permettra de faire financer une partie des travaux d’aménagement que j’ai prévu de réaliser en autoconstruction et chantier collectif ou Wwoofing tout en faisant face aux imprévus.

About the project owner

Qui je suis?

J’habite dans un village de 360 habitant situé à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Narbonne.
J'ai 40 ans et suis mère de deux garçons de 9 et 11 ans. Petite fille d’agriculteur dans le Limousin, j’ai habité en grande majorité en milieu rural.

Je suis également investie depuis plusieurs années dans des actions en lien avec l’environnement et la « consomm’action » : bénévole à la Foire Bio organisée chaque année par Nature et Progrès à Couiza dans l’Aude ; Actrice depuis sa création avec le Pays Corbières et Minervois et le soutien de Nature et Progrès, du groupement d’achat du Lézignanais (référente de certains produits en lien avec le producteur, stand d’information sur l’existence et le fonctionnement d’un groupement d’achat,…).

Mon choix de reconversion se portait naturellement vers un métier en lien avec la terre avec une certification en Agriculture Biologique voire une mention Nature et Progrès.

J’aime également cuisiner, notamment des gâteaux et des biscuits, faire mon pain avec des produits de qualité et locaux tant que faire ce peut.

Mes partenaires:

Afin de valider ce choix d’orientation, j’ai rencontré plusieurs paysans boulangers installés sur mon département. Je suis accompagnée dans mon projet d’installation par l’A.D.E.A.R. et l’AIRDIE. Afin d’acquérir les compétences nécessaires, j’ai obtenu le Brevet Professionnel de Reconnaissance d’Exploitant Agricole « du grain au pain ».

Je crée une entreprise individuelle mais suis loin d’être seule. Je m’appuie sur une Coopérative d’Utilisation du Matériel Agricole basée à Puichéric, sur l’association des Moulins de Pomayrol pour la farine, SeedAlliance pour le tri et le stockage des céréales. J’ai pu, durant ma formation, évaluer la charge de travail que ce métier représente et sais comment y faire face en m’entourant de professionnels compétents et équipés.

L'état d'avancée du projet:

A ce jour, J’ai semé 3 Ha de blé tendre d’hiver en décembre afin d’utiliser ma récolte dés l’automne 2018 et 1Ha en légumineuses comme engrais vert afin d’anticiper mes rotations.

J’ai également commencé à faire et vendre du pain en achetant de la farine certifiée bio et locale, proche de celle que je ferai avec mes céréales et en utilisant le fournil d’un collègue pour pouvoir développer mon réseau de commercialisation.

Je réfléchis, en parallèle, à développer un atelier de poules pondeuses, qui me permettrait d’étendre ma gamme de produits proposée, d’utiliser une partie de ma production pour la confection des biscuits et, en contrepartie, réutiliser la fumure en engrais organique sur une partie de mes terres.