BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Les collections s'agrandissent !!!

Achat d'une moissonneuse-batteuse "Stripper" en provenance directe d'Australie

About the project

A Saint-Loup (58200), on voit les choses en GRAND!! 

Là-bas, dans cette contrée perdue en pleine campagne nivernaise.... s'affaire une poignée de bénévoles passionnés par un thème: Le machinisme agricole !

Leur passion, motivation, détermination, dévotion (arrêtons ici... !) les a conduit à fonder l'un des plus importants musées français dédiés à cette thématique il y a maintenant 26 ans (donc depuis 1993, si vous suivez bien...).

Aujourd'hui, le Musée de la Machine Agricole et de la Ruralité peut fièrement annoncer posséder la plus grande collection de moissoneuses-batteuses d'Europe !

Mais...Leur ambition ne s'arrête pas là!

En 2016, l'équipe de gentils mordus (de ferraille, pardis) avait déjà frappé fort: un 1er financement participatif a permis de rapatrier l'une des premières moissoneuses de l'Histoire. L'Espicadora (c'est son petit nom) est partie d'Argentine...a traversé l'Atlantique...est arrivée au port du Havre... a repris la route direction Saint-Loup pour pouvoir, après ce long périple (et un passage entre les mains expertes du mécano du musée), être exposée entre nos murs.

2019: naissance d'un projet encore un peu plus "fou" !

Un nouveau défi a été lancé: compléter les collections du musée avec une moissoneuse-batteuse "Stripper" (encore un autre petit nom "mélodieux"...) en provenance directe d'Australie.

Comme vous l'aurez donc compris en suivant ce joyeux (et un tantinet long) descriptif, ce financement participatif a donc pour objectif de financer l'achat de la machine et [surtout] d'assurer les frais de transport entre l'Australie et notre commune de Saint-Loup (58200).

What are the funds for?

Pour mener à bien notre projet un peu "fou", l'objectif final est de 9720€ (Mazette!).

Cette coquette somme mérite un éclaircissement: Pourquoi autant ?!

Le financement participatif prendra en charge : 

- 975 €: achat du Stripper

- 975 €: frais de démontage et de chargement dans un conteneur

- 3630 €: transport maritime du port de Dunkeld (Australie) à celui du Havre (France)

- 2640 €: transport terrestre du port du Havre à Saint-Loup

- 1500 €: frais de douane.

Le 1er pallier à atteindre est de 5000€ (ceci ne prend pas en compte le transport terrestre ni une partie des frais de douane...) !!

MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI (d'avoir lu ce texte....

......

......

et de nous aider à relever ce défi! )

About the project owner

Le hasard, fruit de la passion…

Car c'est bien par le hasard qu'a commencé cette fabuleuse aventure

du Foyer Rural et des Amis de la Machine Agricole Ancienne (F.R.A.M.A.A.).

 

1979: c'est l'année du Comice Agricole de Cosne-sur-Loire.

Un ami (et adhérent du Foyer Rural), Guy, remet en route et repeint, après l’avoir sorti des orties (et de toutes leurs autres copines "mauvaises herbes"), le Mac Cormick 10-20 de son arrière-grand-père, acheté neuf en 1926 (Nous espérons n'avoir pas perdu trop de monde à la lecture de cette phrase pleine de digressions, pour ne pas dire "trop longue"...).

Un autre ami (oui oui, c'est une bande de vieux copains, le Musée de la Machine Agricole! ), Jean-Marie, en profite pour sortir de son hangar sa locomobile et sa batteuse pour les restaurer. Le virus a pris et se propage rapidement à plusieurs autres membres de l'association : Le FRAMAA est né !

15 août 1982 : 1ère fête de la moisson, la Mythique... Rétromoisson.

La collection s'agrandit jusqu'à ce que la construction du musée s'impose: Le 1er mai 1993, le Musée de la Machine Agricole Ancienne ouvre ses portes.

La démarche de l'association est de préserver le patrimoine agricole, de le valoriser et de le faire découvrir et plus encore: faire partager une passion commune. Le musée retrace l’histoire du machinisme agricole de ses origines à nos jours à travers plus de 150 machines. Le visiteur parcourt ainsi l’évolution du travail aux champs de l’énergie humaine jusqu’à l’énergie mécanique, sans oublier l’énergie animale.

Véritable musée vivant, la spécificité de ce lieu est de posséder une collection dont la totalité des machines est en état de fonctionnement. Notre musée (le vôtre aussi) participe activement au développement touristique de la région nord-nivernais.

Pour plus d'informations, il est possible de consulter le site du musée (dépliant, dossier de presse, programmation, actualités, etc.) 

Revue de presse (loin, très loin, d'être exhaustive...) 

Share Follow us