BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Un Fournil pour le Pain du Coin

Construction d'un four à bois

About the project

Le Pain du Coin change de four !

Le Pain du Coin, auto-entreprise créée voilà 3 ans, est actuellement implantée au cœur du château d'Orion, en plein Béarn des gaves (64). Elle y loue le four en pierre de l’ancienne cuisine du château pour y fabriquer des pains au levain naturel de manière artisanale et authentique. Pétris et façonnés entièrement à la main à l'aide d'outils traditionnels, puis cuits au feu de bois, les pains confectionnés sont ensuite proposés à la vente sur place, sur les marchés, dans les AMAPs, la restauration scolaire et les épiceries locales.

        

             

Mais du haut de ses 500 ans (et sans compter l'énergie dépensée en bois et huile de coude), ce four semble devenir de plus en plus petit (25kg/fournée) et vétuste (perte de chaleur) pour me permettre de réussir à vivre pleinement de ma passion et de mon métier, tout en assurant un pain de qualité constante et fidèle à mes valeurs (fermentation naturelle, petit artisanat, matières premières issues de l'agriculture biologique et locale, circuit court, accessible à tous....).

C'est pourquoi le Pain du Coin déménage pour s'installer à quelques kilomètres de là, dans la campagne environnante de Salies-de-Béarn.

Une ancienne étable, déjà acquise, sera réhabilitée (rénovation de la charpente et de la toiture, ouverture et placement de fenêtre, installation de l'eau et de l'électricité...) pour y accueillir le nouveau fournil au sein duquel un four à bois de plus grande taille sera bâti.

L'objectif principal du projet consiste donc à pérenniser mon activité en produisant un peu plus de pain (20%) tout en réduisant considérablement le temps de travail (55h ---> 40h) ainsi que sa pénibilité (principalement liée au fait d'utiliser un four vétuste de petite taille).

En quelques mots, ce nouveau fournil, rêve porté à bout de bras depuis presque 8 ans, permettra le développement d'une activité artisanale à taille humaine, solidement ancrée dans son territoire et vectrice d'une dynamique sociale et citoyenne.

Car ce fournil se veut aussi un lieu de passage, d'échanges, de rencontre, d'initiation et de formation, de soirées pizzas-projections-débats, d'accueil de groupes scolaires.... Bref, un lieu de tranquillité et de fourmillement, vivant et ouvert à tous ceux qui souhaiteront en franchir le seuil !!!

What are the funds for?

Le Pain du Coin a besoin de vous pour finaliser son projet !

La création de ce nouveau fournil est un projet global qui comprend 3 grands chantiers et donc 3 investissements conséquents:

  • La rénovation de l'étable (charpente, couverture, fenêtre...) : 18 000 €
  • L'auto-construction du four à pain accompagné par un artisan local :   21 000 €
  • La mise en service du fournil (eau, électricité, évier, petit matériel...): 3 500 €

Le Pain du Coin se serre la ceinture et économise depuis plus de 3 ans pour pouvoir financer ce nouveau fournil, mais il a besoin de vous pour réussir à boucler son budget.

Les frais de rénovation de l'étable et de mise en service du fournil sont d'ores et déjà pris en charge par l'auto-financement ; ce financement participatif, couplé à un emprunt bancaire, permettra de financer la construction du four à pain.

L'argent collecté servira donc exclusivement à la construction du four et assurera ainsi la continuité des activités déjà en cours. (Si, par hasard, le montant de la cagnotte est dépassé, le surplus servira à renouveler une partie du petit matériel de boulange).

Les sources de financements:

  • Auto-financement : 19 000 €
  • Emprunt bancaire : 14 500 €
  • Financement participatif : 9 000 €

 

Le four à pain et sa construction:

Le four à pain sera construit début janvier 2018, grandement accompagné par Rémy Quéhon et sa jeune entreprise, N.B.I.O., spécialisée dans la construction de four à bois pour professionnel et particulier.

C'est un four en brique, en forme de goutte, pouvant être utilisé en gueulard (flamme souflée par une pièce en fonte) ou non (le feu est fait dans la chambre de cuisson elle même).

   

Avec ses 2,60m de diamètre (pour plus 7 tonnes) il pourra cuire près de 70 kg de pain par fournée. Entre la construction du socle, le placement de la sole, le coulage de la bouche, la formation du dome et le montage de la voute, le chantier durera 3 semaines. On peut avoir un aperçu d'un chantier d'un four identique, construit aussi par N.B.I.O.

 

Mais bien au delà de tous ces chiffres, contribuer à ce projet c'est avant tout :

  • Soutenir un petit artisanat alimentaire, valorisant le travail effectué par les paysans bios locaux et le moulin familial Du Fau (Saint Pé de Léren) ; et ainsi participer au maintien d'une petite filière courte et locale de pain.
  • Permettre la création d'un lieu de production authentique, ouvert à tous, afin de continuer à faire découvrir une façon de boulanger respectueuse de l'environnement et de l'humain, issue des pratiques de nos aïeux.
  • Aider à la réduction des coûts de production et l'amélioration des conditions de travail, en vue d'approvisionner la restauration collective scolaire locale à des tarifs « allégés » sans gréver la qualité du pain proposé.

 

Si mon projet vous parle et que vous souhaitez le soutenir, que vous soyez voisin ou de plus loin, n'hésitez pas à y participer de la manière qui vous plaira ! Un petit ou gros soutien ? avec ou sans contrepartie ? Un cadeau à l'un de vos proches ? Une simple diffusion ou une campagne de presse auprès de vos familles, amis, collègues, réseaux...

 

A propos des contreparties :

Ce qui est dit est dit ! Là dessus il n'y a pas de souci, c'est garanti ! Et flexible en plus, car selon nos envies, besoins, aléas ou autres contraintes, nous pourrons ensemble nous adapter afin que vous en profitiez au mieux (dates, répartition des quantités...).

About the project owner

Etienne Leroy, 35 ans, devenu boulanger «  à l'ancienne » à travers la paysannerie collective...

Après mes études d'ingénieur agricole (2010), écœuré par ce milieu où le productivisme à déraison prime de plus en plus sur la qualité des productions, ainsi que sur la qualité de vie des producteurs et des consommateurs (sans même aborder son impact sur l'environnement et sur l'économie rurale), je souhaitais m'installer sur une petite activité paysanne (maraîchage) en vente directe afin de combler mes désirs de sobriété heureuse, de respect des hommes et de la terre. Je voulais simplement utiliser ma tête et mes mains au quotidien pour exercer des activités qui font sens, en relation avec le vivant.

J'ai donc entrepris, pendant un an, un tour de France de fermes collectives et diversifiées (biologiques ou biodynamiques) afin d'approfondir mon expérience et me confronter aux réalités des divers « métiers » que regroupe celui de paysan (le « vrai »).

Dans chaque lieu où j'ai posé mon sac à dos (une vingtaine), un boulanger ou paysan-boulanger œuvrait sur la ferme. Très vite la boulange « à l'ancienne » m'a séduit. La simplicité des matières premières, le travail presque sensuel de la pâte, les flammes qui dansent le long de la voûte du four en pierre, l'odeur du pain chaud qui s'échappe une fois le travail pleinement accompli.... bref, la plénitude d'une activité mêlant l'intelligence des mains à la poésie de la nature. C'était décidé, un jour je serai paysan-boulanger !

Parallèlement au montage d'un projet d'installation collective (pain, maraîchage, élevage laitier...) avec quelques amis, j'ai rejoint une autre ferme collective déjà en activité pour renforcer mon expérience en boulange et en paysannerie, avant de m'installer pour de bon. Fort de ces deux ans de pratique quotidienne à la Bourdinière (61), mais affaibli par l’échec du projet collectif en construction, c'est en rejoignant des amis béarnais que j'ai découvert le château d'Orion et son four inutilisé depuis des lustres. Suite à un accueil chaleureux de mon projet par les propriétaires du château, j'ai décidé de me lancer comme « simple » boulanger.

Cela fait donc trois ans que je confectionne du pain (120kg/semaine), je le vends sur les marchés alentours accompagné de mon accordéon, je coupe et fends du bois pour alimenter le four, j'interviens dans les établissements scolaires pour sensibiliser petits et grands sur l'agriculture et l'alimentation à travers le pain, je sillonne les foires et autres fêtes locales avec un four à bois mobile pour confectionner du pain en direct et faire découvrir à tous la boulangerie traditionnelle....Des semaines bien remplies, toujours avec plaisir (ou presque:) ) !

         

           

   

FAQ

If you still have an unanswered question, feel free to ask the project owner directly.

Ask your question Report this project