BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Hé, Basta ! Nouvel album - Morice Benin

chansons de résistance et de fraternité

About the project

Morice Benin, 40 ans de chanson, sort son dernier album "Hé Basta !". Cet album parlera de survie, de résistance et de fraternité. En cours d'achévement, il nécessite votre soutien...

Par le biais de la plateforme Ulule, nous avions, pour le disque précédent (« L’inespéré » en 2017) engagé un appel de fonds solidaires : vif succès, puisque cela nous avait permis de boucler son budget et de le réaliser…

Nous remettons cela aujourd’hui pour la parution de « Hé basta ! », dont la sortie est prévue en novembre tout proche.

« Hé basta ! » parait au moment où l’incertitude concernant la survie de notre planète est prégnant. Ce n’est certainement pas un hasard.

Comme la petite goutte d’eau du colibri, cet opus participera peut-être à un vaste sursaut citoyen que l’on sent dans l’air et qui nous rassemble. C’est mon plus vif souhait…

Que la lucidité et la joie nous accompagnent,

Morice Benin, 29 septembre 2018 sur l’île de Houat.

Chansons et slams d’alerte, d’indignation, tintés d’ironie. Au menu, quelques titres extraits pour une bonne part du CD : « Après le déluge », épuisé un an après sa parution en 2007, mais aussi des CD « Être », « Vie vent », « L’élan » et du p’tit dernier : « L’Inespéré »... sans oublier une chanson intemporelle de Léo Ferré (« Madame la misère »). Alcool fort diront certains, à l’écoute de ces odes à l’éveil... Mais qu’on se rassure : on peut aussi se retrouver de l’autre côté du miroir pour tenter d’échapper au pire.

LE SURSAUT | NEW-ÂGE-PARKING | PROFUSION DES GENRES | LÀ-BAS VERS LE CAUCASE | MADAME LA MISÈRE | INDÉCENCE | SUPPLIQUE NAÏVE AUX HOMMES POLITIQUES | ILS ONT OSÉ | ON SE PARLE MÂLE | HÉ BASTA | ACIDE-ASSÉDIC | DIEU DU PORTABLE | COMMUNICATEUR | N’OUBLIEZ-PAS | LA JEUNESSE GRONDE | L’INESPÉRÉ |

«Celui qui lutte peut perdre, celui qui ne lutte pas a déjà perdu » Brecht

Dans les années 2000, on voyait déjà se profiler notre monde de 2018 :

Ses potentielles démesures, ses résistances… Avec quelques émergences pavloviennes déjà bien conquérantes :Portable… Malbouffe… Internet… réchauffement climatique : Toutça s’annonçait bruyamment sur fond de lieux communs et de maladies chroniques : New-âgedistrayant, Assédicsélectif (Pôle-emploide l’époque), machisme ordinaire, politiciens lampistes...

 Il y avait à l’époque quelques plaies béantes planétaires, préfigurant toutes celles d’aujourd’hui (Tchétchénie, Palestine encore et toujours…), sans grande variation sur les méthodes employées (non-droit, violences et dictatures).

Je prétendais appartenir à ce que l’on nomme aujourd’hui les « Lanceurs d’alerte », avec ma petite plume acérée d’artisan-chanteur, n’ayant que l’embarras du choix sur les luttes à mener… en cohérence avec l’intimisme de ma carrière hors-norme…

 Et nous voilà en 2018 : Confirmées durablementtoutes ces  dérives humaines quasi-irréversibles !  En réécoutant ces odes à l’indignation-teintées parfois d’humour ou d’ironie-, presque toutes crées dans la décennie  2000 et 2010, j’ai éprouvé l’intime (mais triste) conviction qu’elles n’avaient  pas pris une ride …  avec, malgré tout, comme un Inespérépointant à l’horizon sous l’aiguillon de  cette  jeunesse qui gronde…

Morice Benin, juillet 2018.

What are the funds for?

Rémunération artiste                          :    600 €

Studio (Masterisation, montage)        :    300 €

Illustration et conception pochette      :    400 €

Duplication du Cd                                :   1 000 €

Promotion / Communication                :    200 €

Total                                                    :    2500 €

About the project owner

Morice Benin apporte une signature tout à fait à part dans la Chanson française d’auteur. Indigné ou amoureux fou de la vie, l’artiste reste entier. Fidèle à ses engagements humanistes, faisant vibrer le réel. Depuis plus de 40 ans et 25 disques, il chante entre étonnement et indignation sa quête d’homme et d’utopies… Morice Benin est de ces gens dont la fraîcheur et l’enthousiasme laissent perplexes… En besace, des centaines de chansons, parlant de l’homme qui se redresse, résiste et aime… Il vit sa confidentialité comme donnant un prix aux rencontres puisque ce sont elles qui nourrissent sa création. Il a depuis longtemps quitté Paris, ses fastes, et comme il plaisante à se définir : « Je suis pourtant très connu de ceux qui me connaissent ! ». Son public d’aujourd’hui est double : De sa génération, bien sûr, mais aussi -et de plus en plus- des jeunes venant le découvrir… Comment garde-t-on tant de fraîcheur ? Il répond : « Peut-être grâce à l’étonnement qui est le ferment de ma vie : c’est le sens originel de la philosophie de Platon à Socrate jusqu’à Montaigne… Le contraire de l’ankylose ou de l’aigreur en quelque sorte ! » (Propos recueillis par Yannick Delneste, journal « Sud-Ouest », octobre 2016)

- lien vers le site internet : ici / Facebook : ici