BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Dimensionautes : ETHEROS

L'extension sur l'univers gothico-steam-punk !

  • ETHEROS : La gazette d'Avangarde #4

    Selk ré-ouvrit les yeux.

    Il ne savait pas où il se trouvait, ni combien de temps s'était écoulé. Il réalisa qu'il était allongé, dans une pièce éclairée par des torches. Une odeur atroce saisit immédiatement ses sensibles narines et lui donna la nausée. Il regarda autour de lui, et vit des cadavres qui pendaient, accrochés à des chaînes fixées aux murs. La tête douloureuse, il était cloué au sol par une sorte de vertige, faible, sans comprendre ce qui était lui arrivait. Couvert de sang, il réalisa qu'aucune blessures n'étaient visibles sur sa peau étrangement devenue pale. Vu l'état de son armure, il s’était certainement battu, mais aucunes plaies n'étaient apparentes ! Lorsqu'il observa ses mains, il vit que ses ongles étaient noirs. Longs, tranchants, mais noirs.

     

    Alors qu'il essayait de se remémorer les choses, il discerna une douce odeur, comme il n'avait encore jamais senti. Ce parfum ravivait ses sens et il se laissa porter par cette délicieuse envie. Il ferma les yeux, et la bête pris le contrôle de son corps. Instantanément, il fut affamé et dû se nourrir. Il saisi l'une des victimes qui était à l'agonie, enfonça ses crocs dans la gorge accueillante, et aspira le sang jusqu'à ce que le prisonnier rende son dernier souffle. Soulagé mais pas rassasié, il tendit l'oreille, mais n'entendit pas d'autres cœurs battre. Il se jeta alors sur le sol, et lécha le sang qui s'y trouvait avant qu'il ne sèche. Après avoir absorbé le liquide répandu, il se releva, revigoré, percevant de nouveau la forces couler dans ses veines. Il fit quelques pas dans la pièce, et contempla son reflet dans un seau rempli d'eau. Il ne reconnu pas le visage que lui renvoyait la surface liquide. Il n'était plus le même. C'est alors qu'il eut un flash, et que la mémoire lui revint. Sa volonté avait cédé, écrasée par la force de l'esprit qu'il avait combattu. Il se remémora ses derniers instants, et des larmes de sang coulèrent sur ses pommettes saillantes.

    A cet instant, il réalisa qu'une petite voix lui parlait dans sa tête.

    Elle chuchotait sans cesse, un mot qu'il ne comprenait pas. Qu'il ne connaissait pas.

    « Vampire ».

    Cela eu l'effet d'un coup de poignard en plein cœur.

    « Tu es le premier ta lignée, et tes enfants conduiront ton monde à sa perte. »

  • ETHEROS : La gazette d'Avangarde #3

    Les années se succédèrent, et le seigneur des enfers, comme on avait tendance à le désigner, n'était plus la seule menace pointée constamment du doigt, par ceux de la surface. De nombreuses abominations apparaissaient à l'improviste, venant d'on-ne-sait où, et répandaient mort et désolation pour assouvir leur vorace appétit. La population était effrayée et les gardiens débordés. Lucifer était même amusé par ces manifestations chaotiques. Il ne s'en souciait pas, tout du moins jusqu'à ce qu'il soit confronté lui-même à une de ces engeances particulièrement diabolique, qui ravagea sa plus grande ville à ciel ouvert, et la porte d'entée Est qui menait à son royaume. Cet événement ré-ouvrit de nombreuses et anciennes blessures, qui ciselaient son cœur de pierre.

    Le cor d'alarme résonnait dans toute la ville.

    Pandémonium était-elle assiégée ? Cela était impossible !

    Lucifer jeta un œil par dessus le grand balcon qui surplombait la fontaine de lave. Il y avait beaucoup trop d'agitation. Bien plus qu’accoutumée. Il fit alors venir Azazel, seigneur dirigeant de sa caste des combattants, afin d'être informé sur le champ, des raisons de ces effervescences. Ce dernier, après avoir mis un genou à terre devant son maître, lui expliqua qu'une attaque se déroulait en ce moment même, contre l'une de ses cités. Des témoins affirmaient, que, sorti de nul part, une créature difforme et gigantesque venait de raser Baaldur, la plus grande cité en surface de Lymbis.

    Mais ce n'était pas tout...

  • ETHEROS : La gazette d'Avangarde #2

    Jorvis avait pris ses dispositions pour passer son week-end seul, à la pèche. Il aimait la côte et le vent qui venait de la mer, transportant jusqu'à ses narines, des effluves iodées. Il était arrivé tôt ce matin là, préparant minutieusement ses appâts et son emplacement. La mer était agitée, mais cela ne le gênait pas. Il se contenta de lancer ces hameçons le plus loin possible, d'accrocher ses cannes à portée, puis s'installa sur son fauteuil favori. En milieu de matinée, il n'avait toujours rien pris, et le malheureux commençait à désespérer. Il contemplait l'horizon, et c'est alors qu'il vit une chose étrange se rapprocher du rivage. Un truc qui flottait sous la surface, et que les vagues rapprochait de lui, seconde après seconde, jusqu'à le déposer sur la berge. Il s'approcha prudemment. Lorsqu'il fut assez près, il comprit que les ondes blanches qu'il devinait sous les eaux, n'étaient rien d'autre que les plumes des ailes du cadavre d'un ange. Livide, Jorvis leva les yeux vers le ciel, et c'est à cet instant qu'il compris que le nuage qui le surplombait était en fait constitué de dizaines de créatures volantes. Elles se dirigeaient toutes vers ce qu'il pensait être une montagne, mais en y regardant mieux, celle ci était en mouvement, et de longues tentacules fouettaient l'air autour d'elle, envoyant les créatures ailées s'écraser dans la mer. Les vagues devinrent de plus en plus hautes, alors que le champ de bataille se rapprochait de la côte. Sa curiosité le poussait à rester spectateur de cette scène incroyable, mais la raison lui implorait le contraire. Lorsqu'un ange vint s'écraser sur un rocher proche de lui, il changea subitement d'envie. Heureusement pour la créature ailée, son armure étincelante lui sauva la vie. Elle se redressa, jeta un œil ensanglanté vers le jeune homme qui la regardait incrédule, puis lui conseilla de foutre le camp rapidement. Le soldat ramassa ensuite sa longue lance, et s'envola à nouveau, avant de fondre sur le monstre qui ne se trouvait maintenant plus qu'à une centaine de mètre de la côte. Il soulevait de grandes gerbes d'eau, à chacun de ses pas, et d'immenses vagues venaient maintenant se fracasser sur les rochers autour de lui. Jorvis pris ses jambes à son coup, espérant avoir suffisamment de temps pour mettre le plus de distance entre lui et ces affrontements...

     

    La suite, dans Etheros !

  • ETHEROS : La gazette d'Avangarde #1

    Un article prélevé de la gazette, en avant-première pour vous, lecteurs assidus !

    La technomagie captivait et son avancée fut fulgurante. On pouvait dorénavant suivre son enseignement dans toutes les facultés techniques d'Etheros. Certaines de ces inventions étaient révolutionnaires, tandis que d'autres simplement inutiles. Ces créations se vendaient bien, et le commun des mortels ne pouvaient plus s'en passer. Cependant, d'étranges choses se manifestèrent dans les villes, et leurs apparitions coïncidaient étrangement avec la vulgarisation et l’expansion de cette nouvelle science. La criminalité aussi était en hausse, et le nombres de meurtres odieux, ainsi que des disparitions inexpliquées, étaient en constante croissance. Les gardiens d'Avangarde avaient une nouvelle menace à gérer, mais ils ne savaient pas encore, à cet instant, à quoi elle ressemblait.