BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Unite against the female genital mutilation !

Bafing KUL and Appolo Band: special show in Mali to defend Women Rights

  • «Exciser c’est pas bon … »

    <h3 class="access">Combattre l'excision par la chanson, la danse et dans l'ambiance d'un défilé Miss Africa: tel était le défi, l'autre soir, de la danseuse Martha Diomandé.</h3>


    «Exciser c'est pas bon,  exciser... ...» C’est sur le rythme de cette chanson du groupe Bafing Kul que les Miss Africa s'apprêtent défiler toute la soirée ce samedi 14 janvier au Liberté, à Rennes.

    Martha et Estelle,  en maîtresses de cérémonie, donnent le ton : le verbe est aussi coloré que les costumes. On en redemande quand Martha lance «Ma copine», interpellant Estelle parce qu’elle a oublié l’annonce d’un sponsor, l’organisation de la soirée et surtout le timing à tenir!

    Quelle joie de vivre… Elles sont drôles, légères, spontanées, donnent envie de danser. C’est qu’il faut être fière de soi quand on veut se faire entendre, surtout quand il s’agit de défendre le respect de son corps, de dire : «NON  à la mutilation, NON à l’excision».


    <h3 class="access">Des femmes d'aujourd'hui</h3>
    Martha ne voulait pas un défilé de « poupées barbies ». C’est clair, toutes ces jeunes femmes, belles, féminines, fières de ce qu’elles sont, ne sont pas là par hasard. Chacune, fière de représenter son pays et ses traditions, fière de représenter sa famille, trouve aussi les mots pour dire «Arrêtez la barbarie, arrêtez l’excision!»

    Pour le défilé de clôture, chaque Miss se présente en costume traditionnel, avec une touche de modernité comme le souhaite Sonia, spécialiste dans l’évènement mariages mixtes. Elle est précédée d’une « petite sœur » qui apporte le texte qu’elle a préparé et qu’elle va lire au public.

    Dans ce texte, chacune dit à sa manière ce qu’elle pense des droits de la femme en Afrique actuellement et ceux qu'elle veut revendiquer en tant que femme d'aujourd’hui.


    «Exciser  c’est pas bon … »
    <h3 class="access">Un combat mené avec grâce</h3>
    Ces petites filles qui remettent le discours  à leurs aînées c’est le signe de la relève, le signe que le combat ne s’arrêtera plus. Les Miss lisent leur texte et repartent en prenant la main de la « petite soeur » comme si l’aînée savait que par sa démarche elle mettait la plus jeune à l’abri de la torture de l’excision :
    «Il faut transmettre les bonnes choses de nos traditions mais arrêter le couteau qui mutile.», comme dit Martha.

    Ici,  le combat est mené avec grâce et élégance mais la détermination de ces jeunes femmes est perceptible :

    « Vouloir arrêter l’émancipation de la femme africaine serait la même chose que de vouloir arrêter la mer »,  nous dit l'une des miss.

    Namia, elle, termine comme ceci : «Prenez le temps comme il vient , le vent comme il souffle et toutes les femmes de la Terre comme elles sont.» 

    Agnès BLAIRE - NICOLAS.

    http://www.histoiresordinaires.fr/Exciser-c-est-pas-bon-%C2%A0_a147.html

  • Naître femme au Mali

  • Marche des associations islamiques contre le nouveau code des personnes et de la famille

    «Comment pouvez vous considérer les citoyens comme des idiots», si les députés savaient, ils n’allaitent pas le voter », « cette loi est une loi satanique, nous n’allons pas lâcher jusqu’à la relecture de cette loi ». C’étaient, entre autres propos tenus par les manifestants qui ont pris part à la marche de protestation contre le nouveau code des personnes et de la famille. Cette gigantesque marche qui a eu lieu, samedi dernier, a mobilisé environ une dizaine de milliers de personnes.

    On pouvait lire sur les pancartes : « nous nous opposons à ce code jusqu’au bout », « tout sauf la caution des musulmans », ou encore « nous voulons notre religion, nous voulons nos valeurs sociétales, laissez-nous à nous-mêmes ». Ces propos teintés de haine et d’indignation décrivent l’ambiance de l’évènement et le sentiment général de la population qui se sent trahie par ses autorités. Le ton de la marche a été donné par une Fatwa particulièrement dirigée contre les élus de la nation. Mais à l’issue de la marche, les responsables religieux ont dirigé la malédiction aussi bien contre l’Assemblée nationale que contre le pouvoir exécutif. La marche a débuté à la Bourse du travail vers 16 heures 30 minutes pour prendre fin au rond point de la paix. Il n’y a pas eu d’incident majeur.

    Des milliers de personnes se sont mobilisés pour la circonstance. Des sources non officielles ont évalué à près de 10.000 personnes les manifestants qui ont pris part à cette gigantesque marche de protestation.L’histoire retiendra que la communauté musulmane du Mali, à laquelle la majeure partie de Maliens s’identifie, s’est désolidarisée du nouveau code des personnes et de la famille qui a été voté par l’Assemblée nationale, le 3 août dernier. A l’appel d’un Collectif d’associations islamiques, la communauté musulmane du Mali a exprimé son indignation au nouveau code des personnes et de la famille. Cela s’est effectué par une impressionnante marche qui a eu lieu, le 15 août 2009.

    Décidé d’obtenir la relecture de ce code, le collectif des associations islamiques n’entend pas s’arrêter à cette seule initiative. Selon les organisateurs, cette marche n’est que le début d’une stratégie qui fonde sa détermination de maintenir la pression populaire. Une autre marche est prévue le samedi 22 août prochain. « Pour faire fléchir le gouvernement, nous allons accentuer la pression populaire. Dans un Etat démocratique, la légitimité du pouvoir revient au peuple. Partant de ce principe, il n’est pas acceptable, pour nous, de laisser nos responsables nous imposer une loi contraire à nos valeurs sociétales » C’est ainsi que s’exprimait, à la fin de cette démonstration de force du collectif des associations islamiques, le président de l’Union nationale pour la renaissance, Modibo Sangaré.

    Il a ajouté que l’objectif n’est pas atteint malgré cette grande mobilisation « parce qu’il s’agit pour nous de dire au président de la République qu’il doit respecter la volonté du peuple ».

    Seydou Coulibaly
    Nouhoum Dicko
    La provocation d’un policier

    Il n’y a pas eu d’incident majeur. Mais l’issue heureuse de cette marche peut quelque part avoir sa source à la clairvoyance de la communauté musulmane qui n’aurait pas voulu répondre, par la violence, même aux « provocations d’un policier ». En effet, on a entendu les injures d’un policier à l’endroit de certains manifestants. Ces derniers ont pris à partie le policier qui sera par la suite mis en sécurité par un autre groupe de manifestants.

    ***********
    Les Musulmanes au rendez-vous

    Il n’est pas faux de dire qu’un millier de femmes musulmanes ont pris part à la marche de protestation contre le nouveau code des personnes et de la famille. Elles étaient essentiellement composées de jeunes femmes et d’adolescentes qui soutenaient qu’elles ne cautionneront pas cette loi.

    Le Républicain, est seul responsable du contenu de cet article
    8698 hits

    http://www.maliweb.net/category.php?NID=49123&intr=

  • Debate on the Female Genital Mutilation télé Sud

  • Female Genital Mutilation / Cutting: a UNICEF Innocenti documentary