Warning, our website may not display or work properly on your browser.
We recommend that you update it if you can.

Update my browser
I don't want or I can't update my browser
BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp

Blind Runners

A half-marathon to fight blindness

  • What's next ?

    This news is reserved for project supporters.

  • La collecte s'achève, et nous avons atteint notre but grâce à de très généreux dons. C'est désormais à nous de faire le boulot. 

    Nous ne savons pas encore quand nous partirons. Pour des soucis de météo, nous devons êtres très minutieux. Il se peut que spetembre soit une période plus propice, et par ailleurs, nous serons en octobre tous deux très dispoinble pour le montage. Quoi qu'il en soit nous vous tiendrons au courant de chaque étape, et n'oublions évidemment pas vos contreparties. 

    Nous vous remercions pour tout.

    Voici quelques photos supplémentaires. Je continuerai à en poster de temps en temps, et vous saurez l'avancée du projet à travers cette interface. 

    Un peu de course à pied.

    Le Dr Matt Oliva, Gebre Gebremariam, Scott Jurek et Yemane Tsegay, avant la course.

    L'organisateur de la course, très connu et respecté dans le milieu.

    La ligne de départ, quelques secondes avant que le cortège ne s'élance.

    Vous noterez les sandales en plastiques type "méduses"

    L'arrivée, celui-ci est bien placé. Le vainqueur homme a mis 1h07 minutes, ce qui correspond à un temps de médaille mondiale/olympique femme, de championnat de France homme. En considérant les conditions (cailloux, sable, piste, 2200m d'altitutude), et leur jeune âge (moins de 22 ans), c'est un temps tout à fait fantastique. Le premier blanc est arrivé en 1h30, un américain d'une quarantaine d'années séiruesement entraîné. J'ai mis une heure de plus (2h08).  

  • Le moment le plus intense de l'histoire se déroulait à l'hôpital. Chaque jour, chaque ophtalmologiste opérait une cinquantaine d'yeux, sans s'arrêter, dans un rythme effréné. 1/4 l'opération, aucune pause ou presque, plus de douze heures de travail quotidien. Les patients attendent, souvent assis par terre ou sur des bancs très précaires, sont conduits sur la table par une infirmière, et ressortent un bandage sur l'oeil. 

    Chaque matin, peu après l'aube, tous les patients opérés la veille se font retirer leur bandage. C'est la phase de "post-opération", le moment le plus magique. Ces gens, parfois aveugles depuis 7 ou 8 ans, sont tirés de leur misère en un clin d'oeil, sans avoir rien demandé. Les Éthiopiens sont très croyants, mystiques presque, crient au miracle, évoquent les "ténèbres" dans lesquels ils étaient plongés. Tout le monde chante, crie, certains s'écroulent d'émotion. Des prêtres lancent des imprécations en brandissant leur canne surmontée d'une croix. C'est la cour des miracles. 


    Et la lumière fut.


  • One month to make a donation for Blind Runners

    Still one month for the collect. Despite a nice donation of 1 000 $ and some promesses, we're late considering our goal. If you enjoy the project, please, contribute or forward it to your entourage.

    We will post some new pictures of our trip, to show you better our work in Ethiopia.

    Thanks !

     

    Sunset on Gheralta mountains


    A small village in WOldiya Area. The woman in the center has been blind for 4 years before a surgery in 2012. 

    In Mekelle stadium, the big city in the north. Dewitt, not curable blind man, is training with Abraham, his coach for a national competition who set up in Addis Ababa, two weeks later.