BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Bile Noire

Un court métrage de Kévin Enfrin

About the project

L'équipe de Bile Noire prépare ce court métrage bénévole dans le but de développer une technique et une vision artistique du cinéma. Sans prétention, si ce n'est de s'investir à 100% pour créer un projet qui nous tient à cœur. Nous sommes actuellement en préparation de tournage, l'équipe est quasiment au complet. Nous avons les lieux et les accessoires. Il nous manque les fonds pour nourrir l'équipe et louer le matériel nécessaire. 

Timothée est un jeune homme seul. Tétanisé par une bile noire qui l'empêche de s'intégrer, il essaye tant bien que mal de survivre dans ce monde qui l'angoisse. 

 

Get Out pour cette normalité angoissante. Les vampires pour la vie où il est question de la mort. Mr Robot pour le décadrage. Hockney pour le traitement de l'image. Godard et Kurosawa pour la couleur. Murch pour le traitement du son. Kubrick pour la question du CvC et de la symétrie. Bellflower pour la crasse. Lynch pour le rêve réel ou non. L'absurde de Quentin Dupieux. Hitchcock et De Palma pour le suspense et les lieuxDrive pour sa mélancholie. Maniac pour sa déformation de la réalité. L'enfer de Clouzot pour le son. Toutes ces œuvres m'ont permis de développer et d'approfondir mon idée dans les thématiques qui m'inspiraient. Ainsi, Bile Noire prend vie.

 

 

Black Swan

Darren Aronofsky

 

 

 

 

Only God Forgive

Nicolas Winding Refn

 

    
 

Je veux donc parler de ce qui a pu me toucher durant mon enfance. L'impression d'être marginale et de s'en vouloir. Parler des angoisses qui sont très présentes chez moi. L'image de la bile est ici pour montrer qu'on peut avoir l'impression que quelque chose de néfaste monte en nous, quelque chose qui nous dévore de l'intérieur. L'angoisse est corporelle, et doit se faire ressentir en regardant le film. Il y a aussi une critique de l'hyper-socialisation. Elle est certes tournée ici avec les réseaux sociaux qui forcent le jugement permanent, mais pas seulement. En effet, ici il est plus question d'une critique envers une société qui éjecte très rapidement ceux qui ne sont pas à la norme. Si Timothée à sa part de responsabilité, il faut montrer qu'il n'a finalement que peu de choix, il doit battre ses peurs immédiatement ou se faire rejeter. C'est un personnage qui est obligé de fuir la société ou qu'il soit, ce qui amène à cette fin. Mais le fait-il pour fuir qui il est ? Ou pour fuir la vie sociale ? C'est à chacun d'y mettre sa réponse. 

 
 

La caméra est comme un ange gardien. C'est à dire qu'elle suit Timothée dans ses prises de décision, elle ne choisit rien pour lui, elle l'accompagne, mais comme une figure maternelle, elle le pousse à ne pas abandonner, c'est pour ça qu'elle lui laisse de la place et de l'intimité sans forcer le cadre quand il est seul, mais quand il est au contact des autres, elle le force à l'inclure dans le même espace pour ne pas qu'il abandonne.  
 

Le son est un espace hors de contrôle, ou plutôt un espace neutre. Il est une masse qui rôde autour des personnages, ils se battent pour son contrôle, mais au final tel un dieu lointain, il suit sa protégé (la caméra) et donc Timothée. Comme un examinateur intransigeant il n'aide jamais Timothée, mais finit par lui accorder son mérite quand il s'arrache le cœur.  
 

Les dialogues sont la propriété des autres personnages, Timothée est incapable de communiquer, que ce soit verbalement ou physiquement. Toute forme de communication et une façon incontrôlée de montrer son intériorité.  
 

La couleur est celle du bleu. Elle est dominante chez Timothée et c'est pour cela qu'il essaye de casser cela en mettant sa lumière rouge. Au début c'est donc le rouge artificiel qui sera crée (mais vrai en tournage) et à la fin c'est le bleu d'une nuit américaine (et donc trafiquée) qui gagnera. A la fin il se fait recouvrir de bile noire car même la mélancholie est dépassée.  
 

Espace intime et social, intérieur et extérieur. L'espace intime est bien évidement la chambre de Timothée mais aussi toutes les chambres. Celle d'Alice, accessible, ou bien la fête mais partagée. L'espace extérieur est celui de la sociabilité, là où les gens se retrouvent, c'est aussi l'espace des réseaux sociaux, la fenêtre. Un endroit visible mais qui deviendra inaccessible à Timothée.

What are the funds for?

Le financement va nous servir à :

35% : nourrir l'équipe

25% : gérer la post production (location matériel et achat de disques durs dédiés)

15% : faire vivre le film une fois finit (départ en festivals, créations d'affiches, soirée de fin de tournage, remerciements aux contributeurs, ...)

10% : acheter le matériel pour les effets spéciaux

10% : louer du matériel

5% : financer la régie (essence, électricité, ...)

 

 

 

 

About the project owner

L'équipe de Bile Noire est composée d'étudiants en cinéma, de professionnels de la photo et de jeunes acteurs passionnés par la création artistique.

TIMOTHÉE 

INTERPRETE PAR  

HUGO TOMIC

 

LUC

INTERPRETE PAR  

DOUGLAS JOUISHOMME

 

ECRIT ET REALISE PAR

KEVIN ENFRIN

 

ASSISTE DE

SAFIE DIAGNE

 

CHEF OPERATRICE

CAMILLE FERRE

http://www.camilleferrephotographie.com/#1

 

CADREUR

ROODY KHALIL

 

ASSISTANTE IMAGE

VANESSA MORANDI

 

CHEF ELECTRO

JEAN-ROMAIN HOUARD

 

SCRIPT

LUNA MERCADO

 

INGENIEUR DU SON

BASTIEN CHEMTOV

 

ASSISTANT SON

GUILLAUME MARQUES

 

PHOTOGRAPHE PLATEAU

ORNELLA BARBE

https://www.flickr.com/photos/ornellabphoto/

 

DESIGNER GRAPHIQUE

FABIEN GABORIEAU

 

 

FAQ

If you still have an unanswered question, feel free to ask the project owner directly.

Ask your question Report this project