BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Bigornette

presse

About the project

Notre association lance une souscription pour le numéro 35 de son fanzine. Il a pour thème le caractère profanatoire de certaines invasions, telles la grippe, les cookies, les cochons, les zombies, la dépression, la bêtise, etc. Parce que rien n'est plus efficace pour contrer les profanateurs que d'en faire l'inventaire, voici venir "L'Invasion des Profanateurs", 35ème numéro de Bigornette.

Comment notre petite association en est venue à quitter l'ombre des ubacs ardéchois pour gagner les hauts plateaux de l'internet où le soleil est éternel ? Voici la genèse de cette aventure commencée un soir de janvier 2019, quelque part du côté d'Aubenas.

****************************************************************************************************

Les profanateurs existent, nous les avons rencontrés. Dans le numéro 35 de la revue Bigornette, l'invasion a commencé dès la première de couverture. Il fallait que le monde sache. Mais comment faire pour publier un numéro avec les caisses de l’association qui sont absolument vides ? C’est alors que la Vice-Trésorière-Adjointe a proposé une solution : crowdfunding.

Parfait, dit le Président. Lançons une souscription pour le Bigornette numéro 35 !

Il demanda ensuite quelle plateforme on allait choisir. Le Commis-Stagiaire-aux-Comptes suggéra de choisir la plus grosse.

ULULE, c’était BNP/Paribas, 26 073 projets financés avec succès, 65 % de taux de réussite, 2 353 011 membres. Le Chargé-de-Com siffla, car à l’évidence on avait trouvé la plus grosse plateforme de crowdfunding.

Comme c’était son idée, la Vice-Trésorière-Adjointe créa un compte ULULE. Puis elle se tourna vers ses collègues pour savoir comment on allait présenter le Bigornette n°35. La formulation du projet fut confiée au Président, dont tout le monde aimait le style, l’humour et les chaussures.

Bigornette est une association depuis 2011. Sa mission consiste à publier des nouvelles, des poèmes et toutes sortes d'expérimentations littéraires et graphiques dans un fanzine, ceci afin de donner à feuilleter au lecteur un creuset où se créent les processus de transformation de la littérature.

Dans son numéro 35 à paraître en février, Bigornette évoquera l'Invasion des Profanateurs, ou plutôt les invasions des Profanateurs, ou, disons, les invasions de différents profanateurs, que ceux-ci se présentent sous la forme de milliers de cochons qui volent dans le ciel de Los Angeles, ou du cafard qui tourmente la narratrice dans La Cheminée, ou de l'esprit de sérieux qui régit notre société jusque dans ses fanzines, comme par exemple Bigornette, dont le n°35 verra la multiplication de messages concernant la politique des cookies et celle de sigles avertissant le lecteur sensible que ce qu'il s'apprête ou pas à lire mériterait un petit procès.

    

C'est donc en vue de procéder à un tirage sur papier de son numéro 35 que Bigornette a lancé sa souscription, et ce afin que le monde ne reste pas dans l'ignorance des profanateurs qui frappent à sa porte, d'une part, et du talent d'excellents écrivains amateurs mais totalement inconnus qui vous en narrent les péripéties, d'autre part.

Bravo ! Bravo ! fit le Commis-Stagiaire-aux-Comptes en applaudissant.

La boîte mail de l'association fit aussitôt rententir une sonnerie.

Ils disent qu’ils ont bien reçu le projet, annonça la Vice-Trésorière-Adjointe, et que l’équipe de modération va l’analyser, explorer ses références et nous envoyer une réponse avant soixante-douze heures.

Cela laisse le temps de nous en jeter un derrière la cravate ! s'exclama la Vice-Présidente-par-Contumace.

Une heure plus tard, les membres du Conseil d’Administration picoraient les dernières chips du buffet tout en biberonnant du merlot au cubitainer dans une ambiance de fin d'année entre collègues de bureau lorsqu’une sonnerie avertit tout le monde que la réponse d’ULULE venait de tomber.

Ce fut le branle-bas général. La Vice-Présidente-par-Contumace se dégagea des bras du Commis-Stagiaire-aux-Ecritures, le Questeur-Général cessa de boire au robinet du cubitainer, et la Vice-Trésorière-Adjointe roula sous la table. Ce fut le Directeur-Honoris-Causa qui lut le mail entre deux éclats de rire avinés.

« Your project proposal has been refused on Ulule ! »

Le Doyen brandit le V de la Victoire.

Ont-ils motivé leur refus ? s’enquit la Sous-Secrétaire-par-Intérim.

« Nous avons bien reçu votre proposition de projet, merci pour votre confiance ! »

Le Président devint toute rouge.

« Aussi pertinent soit-il, votre projet ne nous semble pas adapté à la dynamique rendue possible par Ulule. Nous vous remercions par avance pour votre compréhension… »

Dans le bureau, on n’entendait plus que le merlot couler dans la gorge du Président, que le Tout Puissant ait pitié de nous.

Une heure plus tard, le Chargé-de-Com revint avec du ravito pour les troupes. La Sous-Secrétaire-par-Intérim fouilla les victuailles à la recherche de quelque chose.

Où sont les crevettes que j’avais commandées ? demanda-t-elle.

Désolé, j'ai oublié, répondit le Chargé-de-Com.

Tu le sais pourtant que je suis végétarienne et que je ne peux pas manger de saucisson !

Le Chargé-de-Com regarda la Sous-Secrétaire-par-Intérim avec haine.

Le Président coupa court en annonçant qu’il allait refaire une tentative auprès d'ULULE. Il but une rasade de cabernet (Ils étaient en rupture de merlot chez Carrouf ! avait déclaré le Chargé-de-Com, au grand dam du Questeur-Général) et reprit sa précédente formulation en en retirant toutes les références aux profanateurs, qu'ils fussent cochons, cafard ou sigles.

La fête se poursuivit une partie de la nuit.

La Vice-Trésorière-Adjointe ronflait sous la table.

A l'aube, une mouche survolait les reliefs de l'agape, lorsqu’une sonnerie retentit.

« Your project proposal has been validated : next step on Ulule ! »

Le Président regardait l’écran, bras dessus-bras dessous avec le Questeur-Général et le Chargé-de-Com. Puis il se frotta les mains, la souscription pour le Bigornette n°35 allait pouvoir commencer !

****************************************************************************************************

Tout ce que vous venez de lire est la plus pure vérité. A travers ses fanzines, Bigornette édite une vision littéraire, poétique, graphique, satirique, ironique et tout un tas d'autres adjectifs en -ique sur la réalité. Ce regard éditorial n'a pas pour but d'apporter des réponses aux questions que l'on se poserait, mais de remettre en question les réponses que l'on avait tenu pour acquises. Le but n'est pas non plus de faire de l'argent, de la célébrité ou du lobbying, mais de flatter la curiosité, l'intelligence et le rire du lecteur à propos de sujets aussi importants que la bouffe, la pub, la drogue, les labyrinthes, la politique, le régime sans lactose et les cookies sur les pages internet.

Bigornette ne fait donc pas d'argent. D'ailleurs Bigornette n'a jamais vraiment eu d'argent. C'est pourquoi Bigornette a besoin de votre souscription pour la publication de son numéro 35 dont le titre est, comme vous le savez déjà, "L'Invasion des Profanateurs".

Agrafé, massicoté, le fanzine comportera 36 pages en noir et blanc au format A5 debout + 16 pages en noir et blanc au format A6 pour le supplément.

SOMMAIRE

La Sagesse est surtout populaire rubrique (se promenant sur les berges du temps, notre explorateur n’a eu qu’à se baisser pour ramasser d'authentiques galets de Sagesse).

Kôans zen rubrique (si avec la sagesse populaire vous n'avez toujours pas produit le satori, voici les kôans zen, de courtes phrases ou de brèves anecdotes que les maîtres utilisent dans les meilleures écoles du bouddhisme zen pour déclencher l'illumination de leurs disciples)

Mots croisés rubrique (à faire seul ou en équipe)

Repue de presse rubrique (invasion d'informations, rien de tel qu’une synthèse de ce qui s’est passé ces quarante dernières années pour commencer la journée, c’est la repue de presse, et c’est à tremper tous les matins dans votre café)

Los Angeles nouvelle (des cochons volaient dans les airs...)

Boule de neige laboratoire littéraire (le délire invasif, délirant et périodique de Rose Xerox)

Margharita conte (Margharita était dans le royaume la plus jolie et la plus vertueuse d'entre toutes les jeunes femmes)

Catalogue des opinions chics rubrique (où il ne suffit pas d'apporter une tapenade pour briller en société)

La Cheminée nouvelle (invasion suivie d'une occupation, une femme sombre doucement dans la dépression)

Outillage Bigornette rubrique (tout ce dont vous avez besoin pour organiser la résistance)

Le Cri de la Muette histoire à choix multiples (arriverai-je à rattraper le talon aiguille d’une main ? descendrai-je tout seul dans la cave pour y affronter le zombie ? comprendrai-je pourquoi les hommes portent des noms de footballeurs italiens ? c'est ce que vous saurez peut-être en lisant le prochain numéro de Bigornette)

Mon Bastion supplément illustré en encart (les tribulations de Gaston au journal Mon Bastion, une histoire vraie, avec une profanatrice qui a vraiment existé)

Le fanzine en est environ à la moitié de son élaboration, avec la couverture, deux nouvelles, trois rubriques et le supplément Mon Bastion déjà mis en page.

Il ne manque plus que vous, lecteur, lectrice, pour que tout ceci apparaisse sur papier. Les profanateurs existent, nous les avons rencontrés. Dans le numéro 35 de Bigornette, l'invasion a déjà commencé. Souscrivez !

**********************************************************************************

Le projet avait été envoyé à ULULE et il n'y avait rien d'autre à faire qu'attendre.

Au quartier-général de l'association, tout le monde était parti, sauf le Président. Il grommela en prenant le balai car il en avait bien pour deux heures à tout nettoyer tout seul. Or il n'eut pas plus tôt poussé la poussière vers l'oubli que la Sous-Secrétaire-par-Intérim, la Vice-Trésorière-Adjointe et le Chargé-de-Com entraient dans la salle. L'une commença à vider les bouteilles, l'autre à ranger les chaises, et le troisième prit la serpillère. Au bout de vingt minutes, le ménage était fait.

Enfin, les poubelles étaient sorties, le sol séchait, le Président allait donner un tour de clé à la porte, lorsque la sonnerie de la boîte mail retentit. Les membres du Conseil d'Administration se regardèrent. Puis ils s'approchèrent de l'écran et virent que le Bigornette n°35 avait reçu une première souscription. Ils se mirent à danser une gigue en silence.

What are the funds for?

Sur la base de 50 exemplaires, voici ce à quoi va servir votre souscription.

Papier recyclé : 9 €

Agrafes : 1 €

Poudre noire pour imprimante laser : 50 €

Post-it : 2 €

Frais d'expédition : 86 €

Enveloppes : 2 €

Total : 150 €

Soit, pour un exemplaire : 3 €

Face aux invasions de profanateurs, opposons une invasion de fanzines !

Si l'objectif était dépassé, cela créerait un surplus d'argent. Celui-ci serait alors reversé automatiquement au budget du Bigornette numéro 36. Encore une fois, la mission est de publier des fanzines, toujours plus de fanzines.

About the project owner

L'association Bigornette a été créée en 2011 pour éditer un fanzine avec pour lignes directrices : qualité littéraire, liberté d'expression, humour et sens critique. A ce jour, Bigornette a publié 34 numéros, un numéro 0, un hors-série et une kyrielle de petits fanzines agrafés en encart du principal (Quézaco, Il était une fois, SATAN, CROM, Mon Bastion, A/R...). Pourvu que ça dure !

 

Share Follow us