BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Après les bras de ma mère

Un docu-montagne souriant

About the project

Vendredi 7 juillet 2017, école La Bruyère Ste Isabelle, 16h55.

Assis à son bureau, Victor 9 ans, élève de CM1, épie la pendule au dessus du tableau noir. Dans quelques minutes, le tintement de la cloche annoncera le début des grandes vacances. Comme chaque année, sa grand-mère l’attend devant le portail de l’école pour le conduire en Bretagne.

Pas cette fois ! Victor ne le sait pas encore mais dans une seconde, son oncle tapera à la porte de la classe pour lui proposer, totalement par surprise, la plus grande aventure de sa jeune vie : une expédition à la Valmasque.

Mais Victor, citadin peu entraîné, arrivera-t-il au bout de cette expédition ?

 

 

C'est au hasard d’une balade, en 1978, que j’ai découvert la vallée de la Valmasque. Nous y sommes souvent retournés en famille et pour moi, elle a changé ma vie. De jour comme de nuit, je monte m’y asseoir, là, sur ce rocher où tous mes aïeux se sont tenus debout. Cet endroit me ressource, m’impressionne, m’émeut. J’y ressens du bien-être, de la sécurité et j’y trouve les réponses à toutes mes questions. D’année en année, la Valmasque est donc devenue l’endroit où je me sens le mieux après les bras de ma mère car j’y pleure aussi souvent que j’y rie : comme dans les bras d’une maman.

Et puis m’est venue cette question : « Est-ce que les gens autour de moi sur cette planète ont trouvé l’endroit où ils se sentent le mieux après les bras de leur mère ou de leur père ? ». Un endroit qui leur procure les mêmes sensations.

 

Par l’intermédiaire de ce documentaire, je souhaite vous inciter à ne pas faire l’économie de la recherche de cet endroit car il pourrait vous permettre de vous retrouver, de vous enraciner, de ne pas oublier le passé et de penser au futur.

 

J’ai un petit neveu et j’ai 45 ans. Il est donc temps de lui transmettre ce qui me semble bon pour sa vie d’homme. Victor du haut de ses 9 ans et demi (c’est important le demi pour un enfant !) est le seul membre de la famille à n’être jamais monté à la Baisse de la Valmasque.

Quelle occasion en or pour moi ! A son âge, on n’a pas assez voyagé pour avoir découvert l'endroit où l’on se sent le mieux après les bras de sa mère. Et hors de question de lui imposer mon endroit à moi ! Mais je peux au moins lui faire découvrir cette vallée que toute sa famille connaît. Et peut-être même, sans philosophie, le sensibiliser à l’importance de trouver son endroit à lui. Alors pour être sûr de l’impacter au maximum, j’ai pris la décision d’organiser cette expédition totalement par surprise en mettant seulement la famille et l’équipe de direction de l’école dans la confidence.

 

Outre le fait de le sensibiliser sur l’importance de trouver un endroit à lui, cela me donne aussi l’occasion de lui faire découvrir la faune et la flore de cette vallée qui est pour moi le laboratoire des Dieux. Ce n’est pas dans une ville que Victor croisera chamois, bouquetins et autres marmottes ! Et puis là-haut, il n’y a pas d’électricité ! Cela veut dire pas de console de jeu, pas de tablette, pas de smartphone ! C’est comme un combat contre les nouvelles technologies dont tout le monde dit qu’elles amoindrissent le sens de l’observation et perturbent l’équilibre de nos chers enfants.

Le_combat_contre_les_technologies

 

Enfin, cette vallée de la Valmasque nous permet de vivre des choses hors normes, hors cadre sociétale. L’ambiance chaleureuse et unique d’un refuge de montagne, petit déjeuner à la frontale dans le noir et le silence absolu, marcher la nuit dans le halo de la lune, se baigner dans des lacs à 4°C, marcher encordé sur une arête rocheuse, glisser sur les névés de neige en toutes saisons, entendre hurler les loups la nuit sans jamais pouvoir en apercevoir un seul, traverser des familles de bouquetins avec des cornes d’un mètre, caresser des marmottes et plein d’autres moments hors du temps.

 

Ce documentaire, je l’espère, vous donnera peut-être l’envie de partir en famille à la découverte de cet endroit qui est un bouquet magistral de fleurs, d’animaux, de pelouses, d’arbres, de roches, de ruisseaux, de lacs, de neige.

What are the funds for?

Le documentaire ayant été tourné au mois de juillet, ce financement a pour but de couvrir toute la partie post-production comme le montage image, le montage et mixage son ainsi que l'étalonnage dont on sait qu’il est indispensable pour la qualité visuelle du documentaire.

Nous investirons également dans des outils de communication afin de faire connaître et médiatiser notre documentaire pour réussir à le vendre à des chaînes de télévision.

About the project owner

Je me prénomme Greg, j’ai 45 ans. Après avoir été Pompier de Paris, Go au Club Med, formateur pour le monde du tourisme puis auteur radio-télé-théâtre, j’ai eu envie d’écrire pour moi. Habitant en bord de mer, je n’en garde pas moins une passion pour les montagnes qu’elles soient Françaises, Italiennes, Suisses ou Népalaises. En effet, j'ai gravis le Mont-Blanc par les trois voies, le camp de base de l'Everest et je me prépare actuellement pour le Cervin. C’est justement sur les pentes enneigées de l'Everest que j’ai eu l’idée de joindre mon besoin de transmission à mon bilan de compétences.

En résulte ce documentaire dont les sujets premiers sont la montagne et la transmission. Pour ce faire, j’ai fait appel à des amis dont le métier gravitait dans l’espace audiovisuel et multimédia. Ma volonté était d’inspirer aux téléspectateurs la nécessité de découvrir sur la planète l’endroit le plus important après les bras de leurs parents. 

J’espère que notre documentaire donnera matière à réfléchir. Pour ma part, initiateur de l’idée et réalisateur, c’est une partie de ma vie en 52 minutes. C’est dire !

FAQ

If you still have an unanswered question, feel free to ask the project owner directly.

Ask your question Report this project