Warning, our website may not display or work properly on your browser.
We recommend that you update it if you can.

Update my browser
I don't want or I can't update my browser
BackBackMenuCloseClosePlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

AfriSCENE

Training project for technical professions in the entertainment and audiovisual sector in Mali / West Africa

  • LA CAMPAGNE SUR AFRICULTURES.COM

  • Réinventer les arts africains de la scène: le grand défi du MASA 2016 à Abidjan

    Un article de Wendy Bashisur le MASA à Abidjan pour RTBF rappelant la necessité de formation aux metiers techniques du spectacle en Afrique.

    Professionnalisation encore et toujours!

    "Qui dit art du spectacle dit technique optimale. Souvent oubliés et sujets à un manque de professionnalisation, les métiers attenant aux arts de la scènes nécessitent une professionnalisation optimale. C'est pour appuyer ce constat et y remédier que l'équipe d'Africalia a entre autre fait le déplacement dans la capitale ivoirienne. On peut avoir les meilleurs artistes que l'on veut, sans un bon son et une bonne lumière, c'est peine perdue rappelle Dorine Rurashitse gestionnaire de programme pour l'Ong Belge qui co édite avec Zhu Culture un manuel de sonorisation technique".

  • DÉJÀ 5% !

    Les collectes avancent bien, déjà 5% un bon début ! Votre soutien est crucial surtout dans les premiers jours de la campagne. 

  • SlateAfrique: A Bamako, la musique pour construire le Mali.

    Un Article de Florence Richard pour Slate Afrique de 2013 dans lequel Abdallah (porteur du projet) parlait déja à l'époque de mon ambition.

    Les stagiaires eux n’ont qu’une idée en tête: avancer, se professionnaliser, apprendre un métier.Comme Abdallah:       
    «Cette formation a renforcé ma volonté de travailler dans le domaine culturel. Les échanges avec Karim et les autres stagiaires m’ont permis de trouver un but professionnel. Je veux me former pour former les autres, mais aussi accompagner les jeunes artistes, les repérer. Il nous faut des projets comme celui-là pour professionnaliser la filière culturelle au Mali. Aujourd’hui, notre pays a un potentiel mais aucune dynamique sans aide extérieure. Le but est de dépasser cette étape. 

    Bien sûr, nous devons apprendre auprès de professionnels pour nous perfectionner, mais cet apprentissage doit ensuite nous permettre d’être autonome et déboucher sur la création d’emplois, pour la jeunesse. J’ai envie de travailler ici, dans mon pays, mais pour le moment j’essaie de voyager, d’apprendre beaucoup de choses pour mettre tout cela à profit ici. Grâce à ce projet, je suis devenu régisseur général du 'festival au désert'. Maintenant, je vois l’avenir à long terme et non pas à court terme.» 

    Lire l'article ici

  • Commentaire de Andy Morgan sur les besoins en formations au Mali.

    Andy Morgan
    Andy Morgan est journaliste, chercheur et programmeur d'événements à temps plein. Il a été entre autres le manager de Tinariwen.

    "Abdallah ag Amano, technical director of the Festival au Désert has put together a crowd funding project to help train sound and audio-visual technicians in Mali and West Africa. I think this is a crucial initiative. Countries like Mali have raw musical talent in abundance. What's lacking is the production, management and marketing know-how to get that talent onto a world stage, without having to sub-contract to Europeans. I dream of seeing a Malian band, recorded in Mali, managed by Malians, surrounded by a Malian tech team, playing in London, Paris, Seattle, Tokyo etc etc. This kind of initiative is an important step towards that. Please support if you can..."